La réflexologie fait partie des disciplines médicales non conventionnelles. Elle s’appuie sur une théorie selon laquelle chaque organe ou partie du corps correspond à une zone ou un point sur les mains, les pieds ou encore les oreilles.
Santa Sajan, 48 ans, s’appuie sur la réflexologie plantaire (qui concerne les pieds) pour traiter ses patients.
Une atmosphère paisible règne dans le cabinet de Santa Sajan au sein de la Polyclinic. Sur les murs sont accrochés des affiches et diagrammes liés à la réflexologie. On apprend ainsi que le pied est divisé en 64 points. “Chaque point est relié à un organe ou à une partie du corps. En stimulant un ou plusieurs points, on peut guérir ou soulager une personne. Cela peut être un peu douloureux, mais les résultats sont là”, affirme Santa Sajan. “Si quelqu’un a des migraines fréquemment, par exemple, c’est en stimulant certaines zones du pouce que je pourrai la soulager.”
La réflexologue se sert de ses mains uniquement pour soigner ses patients après leur avoir préalablement passé une crème sur les pieds pour faciliter la manipulation. Une séance dure, en moyenne, 45 minutes.
Bienfaits.
Santa Sajan précise que la réflexologie “a des bienfaits extraordinaires”. Sont principalement concernées, des personnes souffrant de maux de dos, de torticolis et ayant des problèmes sciatiques, entre autres.
La réflexologue souligne que la discipline possède plusieurs autres facultés. “Elle s’adresse aussi aux personnes sujettes aux dépressions ou soumises à une forte dose de stress.” Elle permet aux patients de se relaxer. “Vous pouvez venir consulter si vous sentez une grosse fatigue. La réflexologie enlève la fatigue et permet de se détendre comme le ferait un massage.”
Elle soutient que la cure est idéale pour les personnes qui sont assises ou debout pendant de longues périodes. “Elle permet de se revigorer.” Santa Sajan ajoute qu’elle couple le traitement avec la digipuncture lorsque le besoin se fait sentir.
Traitement continu.
La réflexologie ne serait cependant pas conseillée dans certains cas, si l’on en croit Santa Sajan. Selon elle, les femmes en menstruation et les femmes enceintes devraient éviter les séances. “Une femme qui a accouché doit attendre au minimum trois mois avant de se soumettre à une cure de réflexologie.”
Elle encourage les patients à ne pas se limiter à une séance. “Souvent, le traitement doit se poursuivre pour que les bienfaits soient ressentis. Il doit être continu.”
Cela fait trois ans que Santa Sajan officie à la Polyclinic à Quatre-Bornes. Après avoir exercé longtemps comme esthéticienne, elle s’est tournée vers la réflexologie il y a environ cinq ans. “J’ai toujours été douée de mes mains. Petite, je faisais des massages à ma grand-mère. J’exerçais un métier que j’aimais bien mais j’avais l’impression que je n’avais pas trouvé ma voie. Je l’ai trouvée à travers la réflexologie.”
Il y a deux ans, Santa Sajan rencontre un professeur malaisien du Rwo-Shr Health Institute International ? C’est avec lui qu’elle apprend la pratique de la réflexologie plantaire. Depuis, elle en a fait son gagne-pain.