« Le Best Loser System dépend du recensement. La majorité des Mauriciens, incluant nous, est contre le recensement ethnique », a déclaré Navin Ramgoolam mardi, 25 septembre en conférence de presse au quartier général du Ptr aux Salines.

Le leader du PTr faisait ainsi référence aux propositions de réforme électorale présentées par le gouvernement la semaine dernière. « Se ki MSM e ML inn propoze, inn kondane », a estimé Navin Ramgoolam.

« Ce n’est pas une réforme qu’ils mettent en place, ils déforment notre système électoral. Après presque quatre ans, ils proposent un document de quatre pages et demi. Après 50 ans d’indépendance, le MSM nous fait reculer au lieu de nous faire avancer ».

Le leader des rouges condamne sans appel cette réforme qui pour lui ne fera qu’augmenter les écarts au lieu des les réduire comme le préconise l’esprit d’une vraie réforme électorale. Il dit ne pas comprendre pourquoi il faut ajouter 18 nouveaux députés si cela ne va rien changer sur le fond.

Le leader du PTr est, en outre, revenu sur les implications d’une telle réforme sur la démocratie, ponctuant son allocution avec des références à « linpost ». Lui a affirmé qu’il revient au peuple de décider d’une éventuelle réforme, car « li bizin ena so mo a dir ».

Il a ajouté que toute réforme doit intégrer une bonne balance de la société mauricienne. Il a rappelé que sous son gouvernement, suite au rapport Sithanen de 2012, il avait proposé une bonne dose de proportionnelle qui visait à réduire les écarts .

Navin Ramgoolam s’est dit par ailleurs en faveur d’une meilleure représentation féminine. Mais il faut, comme l’a souligné Rama Sithanen, s’assurer que les candidatures de ces candidates ne soient pas proposées dans des circonscriptions où elles ne seront pas élues : « Nou korek avek bann mezir pou bann madam », a-t-il indiqué.

S’agissant du découpage électoral, Navin Ramgoolam a adopté une position plus souple. « A la question de découpage électoral, nous ne sommes pas pour le changement », devait-il soutenir, avant de souligner que « l’on peut faire des ajustements ».

Le leader du PTr a ensuite conclu que « pena sistem parfe, me nou bann leader bizin konpran ki nou dan enn pey miltirasial « .