Intervenant à la conférence de presse du Remake de 2000, hier matin, Paul Bérenger, leader de l’Opposition et du MMM, a souhaité que sa nouvelle proposition en marge du projet de réforme électorale et qui porte sur la désignation ultime de 8 députés additionnels en sus des 62 élus selon le système First Past The Post (FPTP) et des 20 autres désignés à la porportionnelle, fasse l’unanimité entre le MMM, le MSM et le PTr.
Paul Bérenger juge positivement la position de Navin Ramgoolam s’opposant catégoriquement à la réalisation d’un nouveau recensement communautaire. Il fait le contraste entre la prise de position du Premier ministre sur cette question et celle  du ministre du Travail, Shakeel Mohamed qui, dans une interview à L’Express le 8 septembre, avait estimé que « ceux qui ne veulent pas d’un nouveau recensement sont des hypocrites! ». « En ce faisant, déclare le leader du MMM, Shakeel Mohamed a traité Navin Ramgoolam d’hypocrite. Pour cela, il aurait dû démissionner! »
Evoquant, par la suite, sa nouvelle proposition dans le cadre du projet de réforme électorale, M. Bérenger explique qu’en sus des 62 élus selon le système First Past The Post (FPTP) et les 20 autres parlementaires à être désignés selon la formule de représentation proportionnelle (RP), le MMM suggère, désormais, une liste additionnelle de 8 députés. Ces derniers, explique-t-il, seraient désignés ultimement par les leaders des partis en fonction du pourcentage de vote de chaque parti ou alliance de partis.
A ce propos, Paul Bérenger trouve qu’il n’y a rien de nouveau dans le fait que ce soient les leaders des partis qui désignent ceux qui, à partir de cette ultime liste, viendraient compléter le nombre de députés devant siéger au sein de la nouvelle Chambre qui serait, alors, constituée de 90 élus (62+20+8). Il explique que, déjà,  pour être candidat d’un parti, toute personne doit préalablement obtenir l’aval de son leader en écrit.
Nouvelle Chambre de 90 députés
Quant au fait qu’avec cette nouvelle formule, le nombre de députés passera de 70 (au maximum) à 90, le leader du MMM argue que, depuis les élections pour l’indépendance en 1967, la population a considérablement augmenté. Ce qui fait  qu’une Chambre de 70 députés ne répond pas tout à fait à la nouvelle donne démographique. « En tant que personnes responsables, les dirigeants des partis  verront, à la lumière des  résultats, s’il y a nécessité de corriger tout déséquilibre  de quelque nature. Cela n’exclut pas aussi de corriger un déséquilibre de genre si l’on se rend compte qu’il n’y a, par exemple, pas suffisamment, de femmes élues. »
Pour le leader du MMM, une liste additionnelle de seulement 4 serait trop limitée. Selon la proposition de Paul Bérenger, ces 8 ultimes députés à être désignés devraient être repêchés à partir, soit, de la liste  des candidats non élus au FPTP  soit à partir de la liste à la  proportionnelle. « Nous souhaitons que cette proposition soit considérée en toute sérénité et qu’elle fasse l’unanimité tant du côté du MMM que du côté du MSM et du PTr », explique le leader du MMM. Paul Bérenger trouve même que cette proposition est mieux à même de rassurer toutes les parties concernées davantage que le Best Loser System (BLS).
Par ailleurs, le leader du MMM est d’avis que l’on ne peut plus reculer après la déclaration, cette semaine, du PM à l’effet que les élections municipales auront lieu avant la fin de l’année. Il prévoit, dans ce contexte, le démarrage prochain de la campagne du Remake de 2000 par un meeting central à un lieu et à une date à être finalisés. Au chapitre économique, Paul Bérenger estime que le ministre des Finances, Xavier Duval, aurait dû s’excuser après la publication des dernières prévisions de croissance et de chômage de MCB Focus. « Le plus tôt une nouvelle équipe économique se met à la barre du pays, le mieux ce sera », dit-il.