Avec les récents soubresauts sur l’échiquier politique et le débat relancé sur la réforme électorale, Rezistans ek Alternativ livre ses commentaires et ses appréhensions. L’une des principales interrogations de ses animateurs : si l’on demandera à l’Electoral Supervisory Commission de classifier un député élu sur une base communale et si elle acceptera de jouer un rôle aussi « infect ». Par ailleurs, le constitutional challenge contre la classification communale a été appelé devant la Cour suprême mardi.
« Selon bann informasyon ki pe fer sirfas dan lapres, Ramgoolam ek Bérenger pe oblize rekonet byen fonde kanpayn Rezistans ek Alternativ kont klasifikasyon kominal bann kandida dan eleksyon zeneral. Zot pe finalman donn Rezistans ek Alternativ gen de koz, avan mem ki United Nations Human Rights Committee ek Lakur Siprem donn nu rezon. Zot kone ki zot pa pu kapav aret laru listwar ek blok aspirasyon anti-kominal, buku sitwayen inkarne par Rezistans ek Alternativ », souligne Ashok Subron dans une déclaration au Mauricien.
Le membre de Rezistans ek Alternativ explique, par ailleurs, que le Premier ministre Navin Ramgoolam et le leader de l’opposition Paul Bérenger n’ont pas suffisamment de « kuraz politik » pour enclencher une vraie réforme électorale qui consiste à éliminer le communalisme représenté par le Best Loser System. « Ils tentent de diminuer simplement le nombre de best losers. Mais quand on éliminera la classification communale des candidats, comment les nouveaux best losers seront-ils nommés ? Demandera-t-on à l’Electoral Supervisory Commission de classifier un député élu sur une base communale ? L’ESC acceptera-t-elle de jouer un rôle aussi infect ? Demandera-t-on aux candidats élus de se classifier eux-mêmes en termes communal avant de nommer un best loser ? », s’interroge Ashok Subron. « Si se le ka, enn tel sistem kapav pu uver sime a tu kalite dinamik pu serten depite/parti fer enn klasifikasyon kominal pu tir enn lavantaz kelkont ek debalans rezilta enn demokrasy… ek potansyelman kre bann konfli danzere lor enn baz kominal. »
S’agissant du projet d’une deuxième République, Rezistans ek Alternativ estime qu’elle ne peut se limiter au partage de pouvoirs entre Président et Premier ministre. « Enn nuvo Repiblik ti oredi viz pu desantraliz plis puvwar ver lepep, integre dan so Konstitisyon Human Rights ek The right of nature ek antrenn enn pli gran partaz rises. Dayer Rezistans ek Alternativ ansam avek bann muvman dan Lamars 10 Mars 2012, finn deza elabor lor 5 lax, ki ti devet form parti pilye dan lemerzans enn Nuvo Repiblik », conclut Ashok Subron.
Les animateurs de Rezistans ek Alternativ sont dans l’attente du ruling final du United Nations Human Rights Committee concernant l’élimination de l’agenda communal en politique. Cette instance des Nations unies, actuellement en session à New York, devra se prononcer sur la demande de Rezistans ek Alternativ de décréter la déclaration obligatoire de la communauté des candidats aux élections générales violation des droits démocratiques des citoyens.