On avait fini par croire, après les propos qu’il a récemment tenus à Rodrigues à l’effet que « minorité vinn mazorité », que le Premier ministre avait changé d’avis sur la réforme électorale. Non, « we are committed on proportional representation in Mauritius and we will have a dose of PR in the National Assembly », a assuré sir Anerood Jugnauth mardi dernier, alors qu’il répondait à la Private Notice Question du leader de l’opposition sur la réforme électorale en général mais aussi sur les changements envisagés à Rodrigues dans la perspective des élections à l’Assemblée régionale prévues pour février 2017 et la position du gouvernement dans le cas entré par Resistans ek Alternativ.
Ce que l’on retient de l’échange marqué par un ton assez vif de la part de SAJ à un certain moment, c’est que l’ancien chef juge Sir Victor Glover a rédigé une première ébauche des modifications qui seront apportées au mode d’élection à la Rodrigues Regional Assembly tel qu’il existe depuis 2002 suivant un travail en consultations effectué par le défunt juge Robert Ahnee. Le Premier ministre a affirmé que celui qui a eu la responsabilité de travailler à ces amendements a eu des consultations avec les parties concernées à Rodrigues.
 Malgré l’insistance de Paul Bérenger pour avoir une copie de cette ébauche d’amendement au mode de scrutin à l’Assemblée régionale de Rodrigues, SAJ a refusé en soutenant que ce n’est qu’un premier « draft » qui est encore sujet à discussions et modification après discussions avec toutes les parties concernées. Le leader de l’opposition, très au fait de ce dossier pour avoir été en 2001 un des artisans du changement de statut de Rodrigues, a fait valoir que ce n’est pas tant la proportionnelle qui a occasionné des problèmes à Rodrigues mais bien le tranfugisme, et qu’à cet effet c’est une loi contre ce fléau qui devrait être introduite. Toujours est-il que suivant certaines discussions tenues avec les parties concernées, Paul Bérenger a suggéré que le nombre des premiers élus soit porté de 12 à 18 et la proportionnelle telle qu’elle est intervienne ensuite, ce qui aurait pour résultat de ne pas déséquilibrer l’expression du suffrage populaire.
 US : « I do not care about these people ! »
Le chef du gouvernement n’a que très peu apprécié que le leader de l’opposition lui rappelle ses propos selon lesquels la proportionnelle ferait que « minorité vinn mazorité » et il a lancé « don’t try to fool us », après avoir souligné à quel point la proportionnelle a contribué à l’instabilité à Rodrigues. Réplique non moins cinglante de Paul Bérenger lorsque SAJ dit que les deux principaux partis sont sur la même longueur d’onde sur les effets de la proportionnelle. « Vous avez tort, continuez d’écouter vos conseillers mais vous entendrez très bientôt parler de l’autre parti », lance-t-il, avant de souligner qu’il y a consensus pour que le nombre de « first past the post » passe de 12 à 18.
 Lors de la tranche suivante, le Prime Minister’s Question Time, nouvelle expression de mauvaise humeur du Premier ministre après une question de Veda Baloomoody sur le trafic humain et le rapport des États-Unis à cet effet. SAJ, qui a expliqué les efforts entrepris par le pays pour venir à bout de ce problème, a estimé que les commentaires contenus dans ce document sont « grossly exaggerated and inaccurate ».
 S’il a confirmé qu’il y a eu un seul cas de personne poursuivie pour trafic humain, il n’a pas du tout été content d’une question supplémentaire de Veda Baloomoody sur les conséquences d’un tel rapport sur l’image du pays, d’autant qu’il est très accessible et qu’il circule sur internet. « I do not care about these people », a répondu un SAJ visiblement irrité. Il l’était déjà après la publication du rapport du Département d’État sur la situation des Droits de l’homme à Maurice.