« La Représentation proportionnelle (RP) tend vers un régime archaïque, une oligarchie », estime le regroupement VIES (Vision Intelligence Économique et Sociale), qui fera parvenir une copie de sa contre-proposition au Premier ministre et au leader de l’opposition. Initié par Sivapragasen Naidoo, ex-président de la Mauritius Economic Society et ancien dirigeant syndicaliste de même que par Vijay Ahku, auteur de Political History of Mauritius and Proposals for Electoral Reforms, pour VIES, il n’est « pas question d’augmenter le nombre de députés ». M. Naidoo rappelle que la RP fut fortement combattue par Sir Seewoosagur Ramgoolam.
Intitulé Un nouveau projet de société pour le pays, le mémoire de contre-proposition rappelle que sous la Constitution, Maurice est une démocratie parlementaire, dirigée par les représentants du peuple. « This is not a fully democratized status as compared to Direct Democracy, where the people are involved at all levels of decision. Yet, in the Constitution of Mauritius, Mauritius is known as a democratic State and was recently elevated to the status of Republic. » Selon VIES, alors que le pays devrait évoluer vers une pleine démocratie, « il y a une tentative de retourner vers l’oligarchie, soit un pays dirigé par un groupe familial ».
Selon M. Naidoo, avec la RP, les leaders de chaque parti auront des droits de vote massifs en nommant 16 personnes de leur choix, portant alors le nombre à 32 sur les 62 élus par les 900 000 électeurs du pays. Il soutient, de plus, que leaders des partis ne sont pas nommés par les 900 000 électeurs mais par une « clique of vested-interests persons forming the oligarchy ».
VIES propose une réforme électorale basée sur 70 députés au maximum dont un siège serait réservé à un leader déchu car « un leader a beaucoup d’expérience ». « Un petit pays comme Maurice ne peut avoir plus de députés que cela ». Le regroupement estime que le député d’une circonscription doit y résider depuis au moins cinq ans afin de bien connaître ses besoins. Il propose 69 circonscriptions, avec 13 000 votants chacune et un seul député sur la base du First Past the Post (FPTP). Le mémoire propose par ailleurs de régulariser les fonctions des partis politiques en les enregistrant à la Registrar of Association « pour qu’ils se plient aux lois du pays ». M. Naidoo a indiqué que ces propositions furent proposées par lui-même il y a 54 ans dans le journal Advance.