• Nicolas Von Mally accueille favorablement l’option des trois élus à Rodrigues mais rejette la formule du choix des Best Losers

Le Mouvement Rodriguais (MR) de Nicolas Von Mally est monté en première ligne à peine une semaine après la publication des propositions de réforme électorale “papa/piti”. Ce parti accueille favorablement la possibilité pour les Rodriguais de se faire représenter par trois députés élus sous le “First Past The Post”, mais conteste le choix des leaders des partis politiques pour la désignation des députés sous le “Best Loser” après la proclamation des résultats des élections générales. C’était lors d’un tour d’horizon de la situation à Rodrigues en ce début de semaine. Il s’est élevé avec force contre une décision de la compagnie aérienne nationale, Air Mauritius, au sujet de l’émission des billets d’avion sur la ligne Rodrigues/Maurice/Rodrigues.

Abordant les propositions de la réforme du système électoral présentée officiellement par le Premier ministre, Pravind Jugnauth, Nicolas Von Mally accueille favorablement la possibilité d’accroître le nombre de députés de Rodrigues, comme c’est les cas pour les autres 20 circonscriptions de Maurice, à trois. Il se félicite de la démarche visant à rendre obligatoire une investiture féminine à Rodrigues dans le cadre de la réforme.

Avec cette prise de position du MR dans le débat sur la réforme du système électoral, la position de l’Organisation du Peuple de Rodrigues de Serge Clair est attendue. À ce jour, les indications dans les cercles proches du chef commissaire de l’Assemblée régionale de Rodrigues sont que l’OPR aurait déjà fait comprendre de manière subtile à l’hôtel du gouvernement que ce parti n’est pas très chaud à ce sujet.

Mais à ce jour, l’OPR s’est gardé de faire état de son opposition aux trois députés pour Rodrigues. Les prochaines réactions de l’OPR devraient animer l’échiquier politique dans l’île avec en toile de fond la demande répétée du MR pour la démission du chef commissaire suite à la publication du rapport Rotin Bazar sur la drogue. Néanmoins, le leader du MR s’inscrit en faux au sujet de l’autre proposition controversable, à savoir le choix des députés pour les six à dix “Additional Seats” ou “Best Loser Seats” à partir de la liste de 24 candidats pour la représentation proportionnelle. « C’est un recul pour la démocratie car c’est le peuple qui est souverain », dira-t-il.

Nicolas Von Mally propose un cas spécial pour Rodrigues en apportant un amendement en plus des trois députés, car Rodrigues a plus d’électeurs que certaines circonscriptions à Maurice, et vu la situation géographique et la distance. Il est d’avis que les prochaines élections générales seront organisées sur les mêmes bases qu’actuellement et que le projet de réforme, qui doit être peaufiné davantage, ne devra être adopté qu’après les prochaines échéances législatives.

Dans un autre ordre d’idées, le leader du MR a dénoncé Air Mauritius avec sa décision de ne plus émettre de billets d’avions “open”. « C’est révoltant. En dépit des protestations, la compagnie aérienne continue à faire la source oreille aux protestations des Rodriguais »,  déclare Nicolas Von Mally, qui cite l’exemple de quelqu’un partant étudier à Maurice. « Il doit garder son billet open car il peut avoir un malheur dans la famille ou autre difficulté, nécessitant un retour d’urgence à Rodrigues », ajoute-t-il. Il a aussi cité les cas des hommes d’affaires devant prolonger leur séjour à Maurice pour compléter leurs démarches.

« La décision prise par Air Mauritius ne va pas résoudre le problème de Back Log. Maurice et Rodrigues constituent un même territoire et une même république. Sa banne dimoune qui fine pran sa decision la, eski zot pe ouler fer nou konpran ki nu pa dan mem repiblik, ki ena dekalita sitwayen, faire nou konpran qui nou pas dans ene meme république et qui ena deux qualite citoyen. Zotte blye ki guvernman li partner mazotiter dan Air Mauritius », fait-il comprendre. Il maintient qu’avec cette décision, le droit de se déplacer des Rodriguais au sein de la République est bafoué. « Nou pran ene lexamp, ene dimoune Souillac qui pe envi al Port-Louis, eski dire li si ou pa paye ou billet retour ou pa pou ena droit voyager ? » ajoute-t-il.

Le Minority Leader déplore le laxisme, dont font preuve à ce sujet le gouvernement régional, le Private Parliamentary Secretary et le député de l’OPR. Pour lui, l’intérêt des Rodriguais est attaqué. Il déclare que cette situation est très sérieuse avec la possibilité d’une manifestation si rien n’est fait.

Les difficultés liées aux liaisons maritimes Maurice/ Rodrigues ont aussi été abordées par le leader du MR. Il rappelle que le Mauritius Pride a été vendu il y a cinq ans et que depuis, les problèmes pour les Rodriguais ne cessent de s’accumuler au détriment des plus vulnérables dans l’île. Il réclame l’abolition de la surcharge de Rs 500 pour tout changement de date sur la réservation de départ. « Cette pratique est une injustice car cela n’existe pas dans nul autre pays de même que sur le territoire mauricien », a-t-il conclu.