Le Premier ministre Navin Ramgoolam a déclaré hier au centre Vivekananda à Pailles à l’issue d’une conférence du Pr Samuel Choong du University College Hospital of London, que la réforme électorale devra se faire dans l’intérêt de Maurice. « Ena deux-trois affaires nou pas d’accord avec Bérenger. Nou bizin ène reforme ki pou durer et pas zist pou zordi ».
Le Premier ministre affirme que « cette réforme devra être réalisée selon cinq critères. Elle devra être le garant de la stabilité du gouvernement élu afin qu’il puisse appliquer son programme, respecter le fairness car il y a un gros écart entre le pourcentage de votes et le nombre de sièges, la gender balance car nous allons faire comme pour les autorités locales, les femmes devront être bien représentées, et l’accountability. Nous voulons un système qui dure ». Navin Ramgoolam constate qu’un pays comme la Grande Bretagne n’a pu réaliser de réforme pendant 15 ans et la Nouvelle Zélande pendant 75 ans. « Nous n’avons pas ou très peu d’experts constitutionnels à Maurice ».
Le PM a indiqué que son gouvernement ira de l’avant avec le projet d’hôpital pour les femmes. Il a annoncé qu’un expert sera à Maurice bientôt pour travailler sur le projet. « Nous devons avoir des experts pour travailler sur le projet. Nous voulons un hôpital de haut niveau », dit-il. Le chef du gouvernement veut la modernisation des services de santé. « Si nou reste en place nou pou reculer », dit-il. La conférence du Pr Choong, Consultant Urological Surgeon de l’University College Hospital, fait partie de la formation continue des médecins, souligne-t-il. « Dans certains pays, comme en Grande Bretagne, les médecins sont obligés d’avoir un certificat de formation continue ». Le PM a ensuite rencontré les étudiants de l’école de médecine SSR. Le Pr Choong devait effectuer une visite aujourd’hui à l’hôpital du Nord dans les services d’urologie.