Le Premier ministre, qui participait hier à une cérémonie organisée par la fédération Arya Samaj à l’occasion de la fête de l’Indépendance, a qualifié le MMM de « plaisantin » (« joker ») par rapport à sa prise de position concernant la réforme électorale. Il a renouvelé sa volonté de présenter un livre blanc dans lequel il y aura des propositions des différentes options avant de présenter un texte de loi.
Le Premier ministre a rappelé qu’en 1982 après la victoire du MMM par 60-0, Paul Bérenger avait participé personnellement à une protestation afin d’empêcher sir Gaëtan Duval d’entrer au Parlement comme best loser. Il a rappelé que Gaëtan Duval avait dû avoir recours à la Cour suprême pour entrer au parlement comme best loser. « Ce même Bérenger tient un langage différent aujourd’hui. La question qu’il faut lui poser, mais malheureusement il est malade, est de savoir pourquoi il n’avait pas introduit une réforme électorale alors qu’il avait 60-0 au Parlement. Pourquoi ne l’a-t-il pas fait en 1991 alors qu’il disposait d’une majorité des 3/4 au parlement. Pourquoi ne l’a-t-il pas fait en 2000 alors qu’il disposait d’une majorité des 3/4 et que le leader du PTr était d’accord avec une réforme électorale ? Des comités ont été mis sur pied sans aucun résultat concret », a dit Navin Ramgoolam. Il a déploré qu’alors que lui, il veut aller de l’avant, on le critique. « Banne jokers sa », a déclaré Navin Ramgoolam. Pour lui, la presse donne de l’importance au MMM parce qu’il est contre le gouvernement travailliste. « Sinon ils n’ont pas d’importance. Ils ont de l’importance grâce au sérum que leur donne la presse ». Le Premier ministre a affirmé que dans le manifeste du Parti travailliste lors des dernières élections, il est prévu qu’il y aura des consultations avec tout le monde et pas uniquement avec les politiciens. « Ils veulent que je présente un bill, je viendrai avec des propositions et des options et nous discuterons ensuite ». En réponse à des questions de la presse, le PM a expliqué que tout dépendra des partis de l’opposition. « S’ils veulent faire de la politique au lieu de regarder la modernité et essayer d’avoir des avantages politiques, en tant que leader d’un parti politique je ferai la même chose », a-t-il dit. « Avez-vous vu la campagne menée par Reza Uteem durant la campagne électorale ? » a-t-il demandé.
Pour sa part, dans une déclaration au Mauricien ce matin, le leader de l’Opposition et du MMM Alan Ganoo s’est étonné que le Premier ministre Navin Ramgoolam ait attendu le dernier jour du délai de 180 jours fixé par le comité des droits de l’homme pour annoncer qu’il compte présenter un livre blanc sur la réforme électorale. « Il aurait pu avoir donné cette réponse bien avant », dit-il. Alan Ganoo a soutenu que le Premier ministre a, à plusieurs reprises, affirmé qu’il compte présenter un texte de loi. Il a cité sa réponse à une interpellation du député mauve Kavi Ramano sur la réforme électorale en mai de l’année dernière dans laquelle le PM explique qu’il est difficile d’avoir un consensus tous les points de la réforme électorale et qu’il compte venir avec un projet de loi et laisser le parlement décider. Pour lui le « joker » c’est le Premier ministre et il a soutenu que « s’il y a une volonté politique il est possible d’arriver à trouver une formule appropriée concernant la réforme électorale ».