Pour Eliézer François, le Best Losers System est indispensable. « Il ne faut pas toucher au BLS. Nous avons toujours défendu le BLS parce que cela permet d’instaurer la stabilité et l’harmonie parmi toutes les communautés. »
Le BLS, a rappelé Eliézer François au Mauricien, a été décidé après la conférence constitutionnelle de Londres, à laquelle participaient Seewoosagur Ramgoolam, Virahsawmy Ringadoo, Harold Walter, Abdool Razack Mohamed, Jules Koenig, Gaëtan Duval, entre autres… « Ils étaient assistés par des experts en matière constitutionnelle du gouvernement britannique. Ils sont arrivés à un consensus qui a permis à toutes les classes politiques à Maurice de vivre dans la paix et la tranquillité après une élection. » Pour lui, il ne faut en aucune manière toucher au BLS : « Ce n’est pas le BLS qui n’est pas bon. Il faut juste apporter un petit amendement. Nous n’avons besoin ni de réforme électorale, ni de sénat, ni d’une augmentation du nombre de députés, ni de représentation proportionnelle. Nous gardons le statu quo qui a fait ses preuves. Il faut laisser le BLS dans les mains de la commission électorale et non dans les mains des leaders politiques. »