Même si la réforme électorale n’a pas encore été portée aux fonts baptismaux, Rezistans ek Alternativ chante déjà victoire. Les animateurs de ce groupement politique, dont Ashok Subron, cachent difficilement leur satisfaction devant les déclarations du parti Travailliste et du MMM portant sur l’élimination de la classification communale des candidats aux élections générales. Ils regrettent que les autorités n’ont pas saisi l’occasion  pour éliminer complètement le Best Loser System.
« L’Histoire retiendra que ce fut après un combat épique de Rezistans ek Alternativ, déclenché avec les élections du 3 juillet 2005 et intensifié pour celles du 5 mai 2010, que finalement, les deux principaux partis politiques siégeant à l’Assemblée nationale ont annoncé un accord portant sur l’élimination de la classification ethnique obligatoire des candidats aux élections générales », a déclaré Ashok Subron.
« Plus important encore, le jour même où est intervenu ce développement, soit le 27 juillet, le United Nations Human Rights Committee a terminé ses travaux avec une éventuelle décision sur ce même cas porté par Rezistans ek Alternativ devant cette instance internationale. Il y a encore le fait que pas plus tard que mardi dernier, nous étions en Cour suprême pour le Constitutional Challenge sur cette même question », poursuit l’animateur de Rezistans ek Altenativ.
« L’élimination de la classification communale représente celle du dernier pilier du système communal dans la Constitution de 1967. Le premier pilier avait été emporté par la vague de 1982 dans le sillage du combat anti-communal des années 70. Maintenant que la déclaration ethnique obligatoire a été abolie, il est du devoir de toutes les forces progressistes et démocratiques de veiller que tout candidat refuse de s’engager dans la voie communale dans la construction de la nouvelle république », maintient Rezistans ek Alternativ.
Ashok Subron dénonce le fait que le PTr et le MMM aient refusé d’éliminer complètement le communalisme dans le système politique. « Ces partis traditionnels ont pris la décision de réduire le nombre de députés Best Loser de quatre, avec pour conséquence la survie de la logique communale dans le système politique », dit-il.
Rezistans ek Alternativ s’élève contre le seuil qualificatif de 7,5% pour les sièges sous la proportionnelle et réclame qu’il soit réduit à 5%. « Ce n’est pas possible de garder la logique communale avec le Best Loser System, et en même temps imposer une barrière de 7,5% pour les proportionnelles dans une tentative de barrer la route aux partis politiques à relent communal. »
Rezistans ek Alternativ trouve que le projet de IIe République en discussions entre le parti Travailliste et le MMM ne correspond pas aux aspirations de la population. Tout en se disant prêt à soutenir le projet de réforme électorale, Rezistans ek Alternativ met en garde contre une alliance PTr/MMM. « Il est crucial de dire non à cette alliance à la manière de Richard Burton et Liz Taylor, soit « fer, defer, refer », du PTr et du MMM. Cette alliance ne vise qu’un objectif, soit servir de tremplin à des lobbies économiques pour imposer une politique d’austérité et antisociale », conclut Asjok Subron.