Le Premier ministre, qui commentait pour la première fois ce matin le Pronouncement du comité des Nations unies des droits de l’Homme à la suite d’une affaire logée par Rezistans ek Alternativ, a affirmé que le système des best losers est dépassé. Navin Ramgoolam a par la même occasion laissé entendre que les élections municipales auront lieu cette année.
« Je dispose de 180 jours pour agir et j’agirai », a déclaré Navin Ramgoolam ce matin après la cérémonie du dépôt de gerbes sur le Samadhi de SSR au Jardin des Pamplemousses. Le Premier ministre souhaitait que le MMM fasse preuve de plus de flexibilité en ce qui concerne le Best Loser System (BLS) en acceptant son intégration dans la liste des proportionnelles.
Le Premier ministre s’est prononcé contre toute actualisation du recensement de 1972. Il a précisé qu’il ne comptait nullement discuter avec le MSM qui, selon lui, est un parti sectaire.
On s’attend toutefois à ce que le Premier ministre commente davantage la réforme électorale, qui continue à dominer l’actualité, lors du discours qu’il doit prononcer cet après-midi à Kewal Nagar à l’occasion de la célébration de l’anniversaire de la naissance de SSR.
Le leader du MMM, Paul Bérenger, a, pour sa part, soumis une nouvelle proposition concernant la réforme électorale au Bureau politique mauve hier après-midi. Interrogé à ce sujet ce matin, le leader du MMM a confirmé sa démarche. « Étant donné l’importance de la question, nous nous sommes donné un temps de réflexion et la question sera débattue à nouveau lundi prochain », a-t-il déclaré sans toutefois donner de plus amples détails.
Rappelons que le MMM est en faveur d’une réforme électorale avec une dose de représentation proportionnelle et le maintien de quatre best losers. Le MSM s’est jusqu’ici prononcé en faveur du statu quo en ce qui concerne le système des best losers et estime que la réforme électorale n’est pas la priorité des priorités.
Dans une interview accordée au Mauricien hier, Rama Sithanen a soutenu que l’actualisation du recensement n’est ni effective ni « enforceable » et a fait trois nouvelles propositions. La première consisterait à prendre la proposition de quatre députés de Paul Bérenger et de l’inclure aux vingt de la liste proportionnelle, la portant à 24. Rama Sithanen se dit convaincu que 62 first past the post et 20 RP sont tout à fait raisonnables et permet de faire le travail correctement. Il considère aussi qu’il n’est pas nécessaire de décliner sa communauté. Cependant, les partis politiques en attribuant les quatre nouveaux candidats reconnaissent que cela remplace le système qui existait auparavant. « We are moving from an explicit communal reference in our Constitution, in our electoral system, to an implicit convention of sharing among different groups in a plural society. Nous procédons ainsi lorsque nous nommons les maires, les ministres, les ambassadeurs… sans que cela ne figure dans la Constitution », a soutenu M. Sithanen.
Ensuite, une deuxième proposition consiste à avoir une première liste de 20 plus 4 qui ne tient pas compte des communautés. Chacun décidera des candidats appropriés pour les quatre. « Le parti politique devra assumer ses responsabilités », estime-t-il.
Et enfin, la dernière proposition de Rama Sithanen préconise qu’il n’y ait aucune référence au recensement ni à la communauté mais que « quatre députés soient nommés après les élections sur une base proportionnelle entre les partis s’ils pensent que certaines composantes sont sous-représentées. L’attribution de ces quatre sièges doit être faite de manière transparente », estime-t-il.