Face à la presse, ce samedi 15 septembre, le leader de l’opposition a tenu à dénoncer l’hypocrisie du gouvernement face au projet de réforme électorale. Xavier-Luc Duval est d’avis que la source du problème est notre système électoral, c’est la délimitation de nos circonscriptions. « Les circonscriptions au fil des années ont été faussées par les considérations politique et ethniques. C’est aujourd’hui un viol de la démocratie. Il n’y a pas de vraie démocratie s’il n’y a pas de vraie délimitation de circonscription », affirme XLD.

Le leader de bleus affirme ainsi que dans certaines circonscriptions, il y a trois fois plus de personnes que dans d’autres alors que selon la constitution, cela doit être « as nearly equalised as possible ». Pour le PMSD, la considération majeure du Electoral Boundaries Commission est le quota de la population dans chaque circonscription. Le PMSD ira d’ailleurs déposer à Electoral Boundaries Commission, estimant « qu’il ne faut pas reformer ce qui est bon et laisser le mauvais en place ».

Le leader de l’opposition avance de plus que la constitution a été bafouée, étant donné que le gouvernement n’a pas eu la décence de faire parvenir un « white paper » ou même un document officiel, « c’est un manque de respect envers la population et l’opposition », ajoute-t-il.

Durant la conférence, XLD a également soulevé le fait que les forces de police du pays sont très mal équipés. « Combien de vidéo avons-nous vu où les officiers de police se font agresser par de simples citoyens parce qu’ils ne sont pas suffisamment équipés. » Il soutient d’ailleurs que d’équiper la force policière va de même avec la mise en place d’une police des polices. « Il va de soi que si nous donnons des équipements nécessaires à la police, il faudrait une institution qui empêche d’éventuels abus. »

Le leader du PMSD a d’ailleurs commenté le cas d’Arnaud Poulay, un Agaléen qui avait été sommé par l’Outer Island Development Corporation (OIDC) d’embarquer sur le Mauritius Trochetia pour rejoindre Maurice. Selon XLD, le gouvernement, maladroit dans la manière de traiter les Agaléens, soulève aujourd’hui un vent de mécontentement à Agaléga. « Agaléa n’est pas la propriété de Maurice mais des Agaléens. C’est une honte et une insulte qui a été faite aux Agaleens dans la déportation d’Arnaud Poulay ».