Les prochaines 48 heures s’avéreront déterminantes pour la réforme électorale, des éventuelles répercussions sur l’échiquier politique étant à prévoir en termes d’alliance en vue des prochaines élections anticipées. D’abord, la confirmation officielle à l’effet que la Commission Faugoo a déjà bouclé la version finale du “Draft Constitution Amendement Bill” sur la réforme électorale. Une ultime séance de travail, soit la troisième de la série de cette instance constituée par le Premier ministre, Navin Ramgoolam, a été fixée pour demain, la copie du texte de loi devant être officiellement remise à celui-ci le même jour. Subséquemment, le Ptr et le MMM prévoient de réunir, jeudi, leurs instances dirigeantes, soit leur bureau politique, de manière séparée, respectivement à Port-Louis et Rose-Hill, et presque à la même heure, avec pour objectif de passer en revue les développements politiques et, éventuellement, baliser la voie vers des “Snap General Elections” à plus ou moins brèves échéances.
À ce stade, la convocation de la réunion du bureau politique du Ptr, sous la présidence de son leader Navin Ramgoolam, jeudi, est la confirmation que des décisions majeures sont actuellement « in the pipeline ». Mais aucune des sources politiques dans l’entourage de Navin Ramgoolam n’a voulu faire de plus amples commentaires sur cette nouvelle étape, excepté de confirmer que la réunion débutera à 16h30.
Ces mêmes sources avancent que, si une décision importante est évoquée par cette instance jeudi, elle devra être avalisée par le bureau exécutif du Labour. « L’exécutif du Ptr est un parallèle à l’assemblée des délégués du MMM. Et il faudra son aval pour aller de l’avant par rapport à toute démarche sur le plan politique », a fait comprendre au Mauricien une source autorisée au Labour. De ce fait, il faudra s’attendre à voir l’exécutif du Ptr être convoqué au Square Guy Rozemont.
Du côté du MMM, lors des discussions à la réunion hebdomadaire d’hier, les membres du Politburo ont été informés qu’ils doivent être disponibles pour participer à une séance de travail spéciale de cette même instance jeudi. À cette même occasion, le leader de l’opposition, Paul Bérenger, envisage d’animer un point de presse pour commenter les décisions prises. « The bill is done », a dit Paul Bérenger dans une déclaration impromptue à la presse, ajoutant qu’il restait à savoir si le mini-amendement constitutionnel fera partie intégrale ?du “Constitutional Amendment Bill” ou s’il sera présenté séparément. Il se dit prêt à rencontrer le Premier ministre à n’importe quel moment, aujourd’hui ou demain, pour donner le feu vert au texte de loi et pour arrêter une stratégie concernant la rentrée parlementaire.
Le leader du MMM a souhaité que le texte de loi soit rendu public le plus vite possible. Une réunion spéciale du bureau politique est prévue jeudi, mais la tenue de cette réunion dépendra de?la rencontre entre Paul Bérenger et Navin Ramgoolam. Interrogé hier soir au sujet de la réunion du bureau politique de jeudi, Paul Bérenger s’est contenté de lancer : « Ne franchissons pas les étapes. Attendons la réunion du bureau politique. » 
La confirmation de cette réunion spéciale du bureau politique mauve devra intervenir dans les heures qui suivent. Le calendrier de travail probable des dirigeants du MMM pourrait inclure une réunion du comité central, convoquée spécialement après celle de samedi prochain et l’assemblée des délégués déjà fixée au dimanche.
Entre-temps, un tête-à-tête Ramgoolam/Bérenger à la Clarisse House n’est pas à écarter suite à la conclusion des travaux de la commission Faugoo sur la réforme électorale. Jusqu’ici, le leader de l’opposition s’est fait un point d’honneur de rappeler qu’il n’allait rencontrer le Premier ministre pour des discussions qu’une fois que sera prêt le “Draft Constitutional Amendment Bill”, éliminant l’obligation de la déclaration ethnique des candidats aux élections générales et introduisant la représentation proportionnelle. L’Attorney General, Satish Faugoo, a confirmé qu’une copie de ce projet d’amendement à la Constitution devra être remise au Premier ministre demain.
Dans cette perspective, il n’est pas exclu que des consultations politiques sur la réforme et une éventuelle alliance électorale entre les deux leaders politiques soient organisées avant les rendez-vous au niveau du bureau politique de jeudi. Cette éventuelle réunion entre Navin Ramgoolam et Paul Bérenger sera suivie avec un intérêt suivi par les observateurs politiques pour mieux décoder le calendrier politique en termes de rappel de l’Assemblée nationale, avec un nouveau discours-programme lu par le Président de la République, Kailash Purryag, ou encore la tenue d’élections générales anticipées bien avant la présentation du prochain budget à l’Assemblée nationale.
D’autre part, la commission Faugoo, qui se rencontre pour la dernière fois demain, compte mettre un point final au “Draft Constitutional Amendment Bill”. Cette dernière, présidée par l’Attorney General Satish Faugoo, est composée du Solicitor General Dhiren Dabee, Senior Counsel, et de son adjoint, Aruna Devi Narain, du commissaire électoral Irfan Raman et d’Ali Dahoo, consultant  auprès de la Commission électorale, d’Alan Ganoo pour le MMM, de sir Victor Glover, consultant auprès du Parquet, et de Rama Sithanen, spécialiste en matière électorale, qui ont eu des consultations régulières, sans oublier deux séances de travail plénières pour compléter la rédaction de ces amendements constitutionnels au sujet de la réforme électorale.?Ainsi, les dernières  difficultés techniques constatées lors de la dernière réunion de la commission Faugoo, ont été réglées par le comité technique durant la journée d’hier. Tout semble indiquer que ce projet d’amendements à la Constitution, nécessitant une majorité des trois-quarts à l’Assemblée nationale, se fera en deux volets. Le premier portera sur un amendement de la Constitution pour permettre aux  candidats qui le souhaitent de ne?pas décliner leur communauté, ce qui se fera sous forme de “Transitional Provisions”. Le second, soit le “Draft Constitutional Amendment Bill” portera sur la réforme électorale en général. Il s’agira d’élire trois députés dans chacune des 21 circonscriptions de Maurice et de Rodrigues, soit 63 députés au total, de nommer 14 députés selon le système de représentation proportionnelle à partir des listes prioritaires des candidats soumis à la commission électorale. Six députés seront ensuite choisis par les leaders enregistrés des partis politiques selon un système destiné à remplacer le “Best Loser System”.?Pour rappel, le projet de loi prévoit également que 30% des candidats doivent être des femmes. Les partis politiques qui ne respectent pas cette provision auront la possibilité d’apporter des corrections nécessaires dans un délai prévu le jour du “Nomination Day”. Faute de quoi leurs candidats seront disqualifiés.