Lors de sa rencontre mercredi avec le Financial Secretary, Dev Manraj, dans le cadre des consultations de vue de la préparation du Budget 2015, le ministre de la Fonction publique et des Réformes administratives a plaidé pour la poursuite de la réforme, de la modernisation et l’informatisation des services destinés au public. Sutyadeo Moutia affirme, dans une déclaration au Mauricien, avoir obtenu la promesse de fonds et de moyens supplémentaires pour poursuivre la réforme de la fonction publique.
Sutyadeo Moutia, qui était accompagné de son Chief Senior Executive, Sateeaved Seebaluck, de ses deux Permanent Secretaries, Iona Melanie Oree et Nirmala Bheenick, des Assistants Secretaries et d’autres hauts cadres de son ministère, a eu l’occasion de discuter pendant plus d’une heure avec le Financial Secretary. « Nous avons été agréablement surpris par la grande capacité d’écoute de M. Manraj, à qui nous avons pu expliquer les grandes orientations du ministère de la Fonction publique et des Réformes administratives. Nous lui avons fait comprendre que depuis 2005, le Premier ministre, Navin Ramgoolam, qui a lui-même occupé ce ministère un moment, a toujours mis beaucoup d’accent sur la réforme, la modernisation et l’informatisation de la fonction publique. Notre objectif était de satisfaire autant que possible les attentes de notre clientèle, qui est la population mauricienne dans son ensemble ».
Selon notre interlocuteur, le Financial Secretary a suggéré une révision complète du fonctionnement et des systèmes de la fonction publique avec la mise sur pied d’un Civil Service Reengineering Bureau. « Étant lui-même un fonctionnaire ayant une grande expérience du service, M. Manraj a vite compris les enjeux de la réforme, de la modernisation et de l’informatisation de la fonction publique. Nous lui avons alors fait remarquer qu’il existe déjà à notre ministère une Reform Division qui, depuis quelques années maintenant, pilote une réforme graduelle mais approfondie du fonctionnement et des systèmes de la fonction publique et que mettre sur pied un Civil Service Reengineering Bureau serait faire doublon. Ce qu’il a parfaitement compris. Nous avons par conséquent plaidé pour que davantage de fonds et de moyens soient mis à la disposition de notre Reform Division pour la poursuite et l’accélération de la réforme, la modernisation et l’informatisation des services du gouvernement. Et nous sommes très heureux de pouvoir dire que nous avons obtenu la promesse de fonds et de moyens supplémentaires pour mener à bien notre projet ».
Dans le contexte de l’informatisation des services du gouvernement, le ministre a plaidé pour que cette informatisation ne soit plus optionnelle, suivant le bon plaisir des ministères, des départements ou des agences. « Actuellement, il y a bien une cinquantaine de ministères, d’agences ou de départements qui ont été informatisés. Mais tout cela est fait jusqu’ici de manière aléatoire. Nous avons suggéré au Financial Secretary que l’informatisation des services du gouvernement soit désormais obligatoire et effectuée de manière plus coordonnée, afin de rendre plus facile la vie de ceux qui ont affaire avec la fonction publique ».