En attendant de confirmer ou pas l’entrée de ses 13 établissements dans le plan Nine-Year Schooling, le Bureau de l’Éducation Catholique a soumis mercredi dernier au ministère de l’éducation ses premiers commentaires sur ce plan, qui découlent des discussions en cours avec ses stakeholders. L’organisme catholique dit attendre des clarifications du ministère de l’Éducation sur de nombreux points avant de prendre sa décision.
La direction du BEC souligne le partenariat du diocèse de Port-Louis dans le système éducatif national depuis des décennies et de ce fait, dit-elle, elle ne peut aller contre les démarches qui tendent vers une amélioration du système. Gilberte Chung, la directrice de cet organisme, confirme au Mauricien avoir envoyé des « Preliminary reviews » au ministère. « Il s’agit d’une première observation. Dans notre document nous disons ce qu’il y a de bon dans ce projet de réforme et que nous estimons que l’Éducation catholique doit encourager. Il y a aussi un volet où nous soulevons les questions que tout le monde se pose concernant la mise en pratique du projet. La ministre est au courant de toutes ces questions et nous espérons obtenir des réponses satisfaisantes qui pourraient nous rassurer. En tant que partenaire de l’Éducation, nous sommes pour aider afin que la reforme se fasse dans les meilleures conditions possibles », dit Gilberte Chung.
Les points mentionnés dans les « Preliminary reviews » du BEC qui méritent des clarifications concernent, entre autres, les aspects suivants : le nouvel examen de fin d’études primaire, l’examen national au niveau de la Form III, le système de contrôle continu qui sera en vigueur, les special classes destinées à ceux qui n’auraient pas le niveau requis pour aborder le programme d’études Form I à III, la période de transition de l’actuel système éducatif au futur système, l’aide aux collèges privés pour s’ajuster à la réforme. « Nous posons aussi d’autres questions sur des aspects de l’éducation qui n’ont pas été pris en considération dans ce plan de réforme », ajoute Gilberte Chung. Lorsqu’on demande à cette dernière si le BEC envisage une conversion de certains de ses collèges en “Academy”, celle-ci affirme qu’aucune décision n’a été prise. « Nous attendons des clarifications sur l’application du projet dans le concret avant de prendre une décision. D’ailleurs la discussion continue dans le secteur catholique concernant l’aspect de structure de nos collèges dans le Nine-Year Schooling », répond la directrice du BEC.
Selon nos informations, l’opinion générale dans le secteur est favorable au maintien de la structure d’une Form I to Form VI School pour la continuité dans la formation d’un élève à tous les niveaux et pour d’autres raisons. Cependant des voix au sein de l’Éducation catholique ne repoussent pas l’idée de filière polytechnique dans une structure de Form I à VI qui offrirait plusieurs possibilités d’études aux jeunes scolaires… Il y a aussi ceux qui pensent que l’Éducation catholique ne devrait pas être en marge de l’option “Academy” si cela tend, disent-ils, vers la préparation des décideurs de demain dans toutes les sphères de la vie socio-économique du pays, et à condition que le ministère revoie ses propositions concernant le programme d’études de ces “Academies”.