Les responsables des collèges ont été déconcertés hier par le contenu d’une circulaire envoyée par le Mauritius Examinations Syndicate (MES) leur demandant de faciliter la visite, à partir de lundi prochain, d’un modérateur en vue d’un « monitoring/moderation exercice » relatif à l’évaluation des candidats en “communication skills” dans le cadre des examens du fin d’études primaires. « Le PSAC ne nous concerne pas directement. Le MES perdrait-il le contrôle des préparatifs pour la tenue, dans cinq mois, du nouvel examen de fin d’études primaires ? » réagissent sévèrement des recteurs et des profs.
La nouvelle matière “communication skills” figure au programme d’études pour l’obtention du Primary School Achievement Certificate (PSAC), dont l’examen se tiendra pour la première fois cette année. Or, via une circulaire, le MES a demandé aux responsables des collèges de faciliter la prochaine visite d’un modérateur pour un « monitoring/moderation exercice » de l’évaluation des candidats dans cette matière. Mais que dit exactement cette communication du MES datée du 8 mai et qui a provoqué la consternation et la colère des profs et responsables d’établissements secondaires ?
La lettre, intitulée “Assessement in communicaion skills-Monitoring/moderation Exercice” stipule ainsi : « You are hereby informed that ressource persons appointed as Moderators will call at your school as from Monday 15 May 2017 during working hours. It would be appreciated if arrangements could be made for the proper conduct of the monitoring/moderation exercice to provide necessary facilities to the ressource persons with regard to access to records/portfolio/log books/lessons plans. The resource persons may also observe classes and discuss with the Educators on all matters in connection with the above. » Or, le PSAC concerne davantage le secteur primaire, raison pour laquelle cette directive du MES a fait beaucoup de bruits dans les écoles secondaires.
« D’abord, nous avons été surpris par cette communication du MES et, ensuite, cela nous a agacés. Nous sommes à quelques mois seulement de la mise en pratique de la réforme au Lower Secondary et nous attendons toujours le programme d’études finalisé pour la Form I. Et voilà que le MES nous annonce un contrôle pour un examen qui ne nous concerne pas. Cette circulaire aux collèges est une illustration du cafouillage qui existe dans les préparatifs pour le Nine-Year Schooling », réagissent des recteurs.
À la suite de plusieurs appels de ses membres concernant l’intention du MES pour un « monitoring » de « communication skills » dans les collèges, le syndicat des profs du secondaire confessionnel a recherché des éclaircissements auprès du MES. « Des officiers nous ont répondu que la circulaire a été envoyée par erreur dans les collèges », affirment les dirigeants de ce syndicat. « Si tel est le cas, c’est non professionnel de la part du MES, qui aurait dû donner les consignes qu’il faut à ses officiers à ce sujet », réplique ce syndicat. A hier après-midi, les collèges n’avaient toujours reçu aucune nouvelle communication du MES au sujet de « cette erreur ».
Par ailleurs, le cas des élèves dans la filière “prevocationnal”, et qui souhaiteraient prendre part cette année aux examens du PSAC pour obtenir un diplôme de fin d’études primaires, soulève quelques interrogations. Certains collèges, dès le début de l’année, ont en effet informé les parents de ces élèves que les profs du prévoc n’ont pas reçu la formation appropriée pour couvrir le programme d’études du PSAC, leur demandant donc de prendre les dispositions nécessaires pour la préparation de leurs enfants à ce nouvel examen. Or, on apprend que le MES envisage d’organiser une formation dans les prochains jours à l’intention des profs du prévoc en vue de l’évaluation des élèves en “communication skills” dans le cadre du prochain examen du PSAC. « Le MES est déconnecté de la réalité au secondaire. Le programme d’études du prévoc est totalement différent de celui du PSAC », disent des chefs d’établissements. « Nous avons déjà averti les parents d’élèves en Year 1 que le prévoc n’a rien à voir avec la préparation pour les examens du PSAC et que nous nous concentrerons avec sérieux sur le programme d’études du prévoc. On ne veut pas faire les choses au petit bonheur. Que le ministère de l’Éducation et le MES prennent leurs responsabilités concernant ces enfants du prévoc souhaitant reprendre part aux examens cette année », lance le recteur d’un collège des Plaines-Wilhems.