Le white paper sur la réforme électorale se fait toujours attendre. À une question de l’opposition à l’Assemblée nationale récemment, le Premier ministre a laissé entendre que les discussions débuteront « probablement » en juillet prochain. Mais Rezistans ek Alternativ doute de la volonté politique du gouvernement et de l’opposition de se débarrasser du Best Loser System. Par ailleurs, le mouvement se dit concerné par les agitations dans le monde du travail et la pauvreté qui gagne du terrain à Maurice.
« La réponse du Premier ministre à la députée Lysie Ribot sur la réforme électorale confirme ce que nous pensions. Il n’y a aucune volonté d’aller de l’avant avec ce projet, et surtout pour se débarrasser du Best Loser System. Cet aspect ne fait même pas partie de la question de la députée mauve. Il y a donc un manque de volonté politique des deux côtés », dit Ian Jacob, de Rezistans ek Alternativ.
Ce dernier rappelle que Maurice a promis l’élaboration d’un white paper sur la réforme électorale car la Commission des Droits humains des Nations unies a donné gain de cause à Rezistans ek Alternativ. Dans le même combat, le mouvement a entré une affaire constitutionnelle en cour. Celle-ci sera reprise le 7 juin prochain. « Le Best Loser System prive les citoyens de leurs droits constitutionnels de se présenter aux élections en tant que citoyens. Le parlement est en otage d’un clic aux idées réactionnelles. J’espère que les parlementaires auront le courage d’assumer leurs responsabilités. »
Dans la foulée, Rezistans ek Alternativ condamne les propos du ministre Anil Bachoo sur les religions, rapportés dans la presse. « Un ministre d’une république dite séculière ne peut comparer une religion à du panadol. La Constitution garantie la liberté de choisir sa religion », avance Michel Chiffone.
Par ailleurs, le mouvement se dit concerné par les derniers chiffres concernant la pauvreté. « Des milliers de familles vivent avec Rs 5 000 ou moins. Cela démontre que la richesse produite par les travailleurs profitent surtout aux patrons. »
Pour Michel Chiffonne, la situation s’aggrave d’année en année, particulièrement depuis 2005. « À chaque fois que le Ptr est au pouvoir, il y a comme des parasites qui gravitent autour pour créer une bourgeoisie d’État. »
À l’opposée, dit-il, le gouvernement s’est déchargé de la responsabilité sociale en introduisant la Corporate Social Responsibility. « Mais la CSR a échoué. »
À un moment où la France est passée en récession, Maurice accusera des répercussions, fait ressortir Michel Chiffonne. « Beaucoup de personnes perdront leur emploi. »
Ce dernier précise que c’est pour toutes ces raisons que Rezistans ek Alternative réclame une nouvelle République pour un meilleur système administratif, entre autres. Il est d’avis que les problèmes liés au Ponzi Scheme découlent du système actuel où il y a un manque de contrôle.
Rezistans ek Alternativ se dit aussi concerné par les agitations dans le monde du travail. Les récents amendements aux lois du travail, selon Veena Dolah, créera des conditions encore plus inhumaines pour les travailleurs.
Le mouvement exprime également sa solidarité avec les syndicats de la fonction publique qui militent pour la publication du rapport Manraj. Il se dit aussi solidaire des grévistes du Foyer Namasté. Rezistans ek Alternativ affirme également sa totale solidarité envers Ashok Subron, qui a fait l’objet de nombreuses critiques ces derniers temps.