Quelque 1 500 personnes, familles vivant dans la misère et représentants d’ONG accompagnateurs, seront réunies ce dimanche 9 octobre dans les jardins de la State House, Réduit, pour écouter « la parole des plus pauvres » du pays, autant de témoignages et de partage d’expériences sur leur lutte au quotidien pour survivre. Fidèle à sa mission d’insertion sociale des personnes vivant dans l’extrême pauvreté, le Comité 17 octobre (Maurice) a élaboré un programme en trois temps pour marquer cette année la Journée internationale du Refus de la misère.
Donner la parole à des voix rendues silencieuses par le seul fait qu’elles sont socialement exclues, que face à l’adversité persistante, à l’indifférence, l’on doit « baisser la tête, fermer les yeux, ne pas parler, faire celui qui ne comprend pas », et se faire violence. C’est pour refuser ensemble cette misère-là, exprimée, voire libérée par un participant à la faveur d’un précédent rassemblement, que Cassam Uteem, président du Comité 17 octobre (Maurice) et également président du Comité international, invite les Mauriciens à faire acte de solidarité en cette Journée internationale. Celle-ci sera marquée avec une semaine d’avance cette année du fait que le 17 octobre tombe un lundi, a dit l’ancien président de la République. Il était entouré à une conférence de presse, jeudi, de Jacqueline Madelon (ATD Quart-Monde Maurice), Xavier Godinot (ATD Quart-Monde France), Jonathan Ravat (Institut Cardinal Jean Margéot), François de Grivel (Committee on Poverty Association et President’s Educational Trust), institutions partenaires.
Ce dimanche, les points forts seront donc les témoignages d’adultes sur le vécu, leur résilience quotidienne face à la misère, mais aussi la lecture d’un message d’enfants, un repas pris en commun, une minute de silence, une prière interreligieuse. Bien d’autres moments de partage ponctueront la rencontre pour dire aux plus pauvres, le temps d’une journée, « qu’ils ne sont pas seuls à cheminer pour l’acquisition de leurs droits fondamentaux », déclare Jacqueline Madelon. « Nous voulons être des communiants à la souffrance des gens », ajoute-t-elle, car « pire que la misère, est la solitude du plus pauvre ». Outre le message du Dr Satish Boolell, président du Committee on Poverty Association, la journée sera clôturée par un message du président de la République, Sir Anerood Jugnauth.