Ancienne enseignante en Home Economics au collège Lorette de Port-Louis, Denise Ahkon fait aujourd’hui du bénévolat et aide pour la catéchèse tout en étant proche des “Mam Sans Baz”. « Ce sont les petits gestes au quotidien qui peuvent amener de la joie sur le visage d’une personne dans le besoin. Le bénévolat doit faire partie de la vie de chaque être humain. C’est un don de soi », dit-elle.
Celles qui ont eu pour enseignante Denise Ahkon dans les années 80’ au collège connu alors comme le Couvent de Lorette de Port-Louis ont eu de la chance. De cette ancienne enseignante émanent en effet une douceur de la voix et un sourire à désarmer le coeur le plus endurci. Sa passion pour la couture, la broderie et le crochet l’a conduite à l’enseignement dans la matière Home Economics. En 37 ans de carrière accomplie, cette retraitée du Ward IV, aujourd’hui septuagénaire, cultive un autre amour, celui « du don du partage ».
Denise Ahkon a grandi dans une famille nombreuse. Et pour cause : huit enfants composaient son clan familial tandis que, du côté de sa tante, on en comptait 18. D’abord, Denise se passionne pour la couture, un créneau qu’elle affectionne particulièrement et qui lui a permis d’embrasser une carrière dans le professorat. « Pour travailler avec les jeunes, il faut avoir un grand sac de patience et beaucoup de courage », dit-elle sur un ton enjoué.
« Est bénévole toute personne qui s’engage librement pour mener une action non salariée en direction d’autrui, en dehors de son temps professionnel et familial. Le bénévolat est donc un don de soi librement consenti et gratuit », fait remarquer Denise Ahkon, qui raconte que l’appel au bénévolat lui est venu à un âge relativement jeune, à 15 ans pour être plus précis. « J’ai débuté dans la Légion de Marie, où j’avais appris à prier, à aider et à servir. Toutes les semaines, je m’engageais à faire une heure de bénévolat en rendant visite aux personnes âgées et aux enfants. » Si la voix de Denise apaise, elle dira que, parfois, les élèves l’auront trouvé un brin autoritaire. Et d’ajouter, en rigolant et tout en faisant un clin d’oeil, que « l’autorité est le trait de caractère des perfectionnistes ».