Anthony B en compagnie de Dominique et Bruno Raya

Anthony B, la « guest star » de la 8e édition du festival Reggae Donn Sa, qui se déroule ce samedi 20 à Belle-Vue, sur le terrain de cricket, jouxtant le Stade Anjalay, est déjà arrivé. La superstar jamaïcaine, grosse pointure des scènes du monde, a animé un point de presse en compagnie des organisateurs du festival ce 16 octobre. L’homme a littéralement séduit par sa grande humilité et une parole traduisant un vécu très riche.

« La première fois que j’ai entendu le mot “abyss”, je n’étais qu’un gosse, et c’était un rasta qui me l’a enseigné. Bien plus tard, j’ai rencontré ce mot à nouveau à l’école. Et là, je me suis dit : “Mais à quelle université est allé ce rasta pour connaître tant de choses et être en avance sur le temps ?” Tout cela m’a beaucoup marqué et inspiré. J’ai été bien évidemment attiré par le monde rastafari. » Réaliste, Anthony B note que « en grandissant, j’ai réalisé que les rastas sont mal compris des autres, surtout des décideurs politiques ». Pourtant, insiste l’artiste, « la musique reggae prône l’unité, le respect et l’amour, et pas la discrimination ».

De son vrai nom Keith Blair, originaire de Clark’s Town, en Jamaïque, Anthony B a eu un riche parcours aux quatre coins du monde. Il s’est produit en concert à New Delhi, en République tchèque, en Islande, en Argentine, au Venezuela et à La Réunion. Il sera d’ailleurs à l’île sœur dans quelques jours. Auteur, compositeur et interprète, et également un peu touche à tout, car il a aussi été deejay, Anthony B s’est frotté à plusieurs grands noms internationaux, comme Bone Crusher, Akon, Wyclef Jean, Snoop Dogg, R. Kelly, Martina et Toots ! Cependant, Anthony B est loin de se la jouer superstar, même s’il en est une ! « La culture rasta vous apprend cela : nous sommes tous des humains aux besoins basiques communs. Cette eau, nous en avons tous besoin pour vivre, que nous soyons politiques, musiciens, dictateurs, quelle que soit notre couleur de peau ! »

Des textes forts, audacieux même, et lourds de sens, mariés à des sonorités puissantes, le tout servi par son jeu de scène énergique, ont fait d’Anthony B une perle rare de la scène reggae urbaine contemporaine. « Présenter Anthony B aux Mauriciens était un rêve que je caressais depuis plusieurs années », a confié Bruno Raya, principal organisateur et instigateur du festival Reggae Donn Sa. Et de rappeler que son groupe, les Otenttik Street Brothers (OSB), a joué en première partie d’Anthony B. « C’était en 2007 à Munich, et aussi au Summer Jam Festival, la même année, toujours en Allemagne. » Live & Direk Entertainment s’est allié cette année à Coulisses VIP, géré par un autre artiste très en verve et en vue, Boyzini, pour la 8e édition du festival Reggae Donn Sa.

Les billets sont toujours en vente dans les points suivants : Otayo (466-9999) ainsi que chez Dj Nitish et Dj Beat (Rose-Hill), Master Sound (Bambous), Harbour Music et Danny Music Shop (Port-Louis), Metro Music, Super U (Grand-Baie et Belle-Rose), et dans tous les magasins City Sport de l’île. En prévente, l’entrée est à Rs 400 (tarif normal) et à Rs 1 000 (VIP). Et le jour du festival, il sera à Rs 500 et Rs 1 200 respectivement à la porte.