Joe Lesjongard, député de la circonscription no. 14, n’a pas été tendre envers Ravin Juggurnauth, propriétaire de la compagnie d’autobus Perle de la Savanne, présent à une réunion convoquée récemment par Steeve Magdeleine, président du conseil de district de Rivière-Noire.

Il y était question des problèmes rencontrés par des usagers d’autobus dans la région ouest. Une réunion à laquelle ont participé Alain Aliphon, secrétaire parlementaire privé, les conseillers de village, des employés de la National Transport Authority, ceux de la Corporation nationale du transport (CNT) et la force policière. La compagnie d’autobus Perle de La Savanne, faut-il le rappeler, dessert le trajet Quatre-Bornes – Bambous – Tamarin – Rivière-Noire – Chamarel – La Gaulette – et vice-versa. « Les autobus Perle de la Savanne sont des cercueils ambulants où les chauffeurs n’hésitent pas à rouler à vive allure avec le portable collé à l’oreille, sans parler du rallye qu’ils font pour barrer la route à leurs concurrents. J’ai comme l’impression que cette compagnie est protégée car malgré les doléances des habitants, ces autobus sont toujours en circulation. Bizin enleve so permis », a suggéré un conseiller dans la salle. Fine retiré deux fwa dans le passé », a répliqué un responsable de la NTA.

Selon ces conseillers, un chauffeur de cette compagnie quitte Chamarel à 8 heures du matin au lieu à 5 heures pour se rendre à Quatre-Bornes, soit avec 3 heures de retard. Résultat : tous les passagers qui sont sur ce trajet sont pénalisés, surtout ceux qui doivent visiter leurs proches à l’hôpital de Candos. Vishal Seesaye est catégorique, lui. Pas question, dit-il, de tolérer encore cette compagnie qui pendant des années n’a toujours pas trouvé une solution pour alléger la souffrance de passagers.

Le PPS Alain Aliphon a, quant à lui, abordé l’absence d’abribus dans certains spécifiques comme à proximité du Foyer de Petite-Rivière par exemple. « J’étais conseiller du village lorsque la question a été soulevée. Plus de vingt ans après, on ne sait toujours pas où est passée la somme qui a été votée pour ces projets. »

D’où son insistance pour que lors de la prochaine réunion qui aura lieu, les hauts cadres de la NTA soient présents pour qu’ils s’expliquent sur ce sujet. Kemraj Ortoo, conseiller du village de Gros-Cailloux, a fait état du désordre occasionné chaque dimanche par « des énergumènes dans les autobus de la UBS » sur le trajet d’Albion à Rose-Hill. Et qu’en est-il du rôle de la police du Transport dans tout ça ? Selon un conseiller du village, « nou fine deza faire apel a sot. Zot dir zot nu zot pena assez effectif ».

Des habitants de Flic-en-Flac, Bambous, ont attiré l’attention des autorités compétentes sur les trajets différents que s’amusent à emprunter certains chauffeurs d’autobus individuels entre 18 heures et 18 h 30. « Zot pas oulé pran passager lors bistop Flic-en-Flac ki pou ale Wolmar pou zotte évite passagers lor grande route kan zot retourné. Zot anvi rante garaz boneur », témoigne une habitante de Wolmar . Des conseillers ont déploré l’absence des représentants de la Mauritius Bus Owners’ Cooperative Federation, des compagnies d’autobus Luna, Swaraj et d’autres encore qui desservent ces régions.