Le ministère de la Santé a déclenché le protocole pour lutter contre la fièvre dengue. Du 24 mars à ce jour, dix cas, dont deux enfants, ont été recensés dans deux régions de Port-Louis. Le ministre de la Santé, Anil Gayan, affirme que tout est mis en oeuvre pour empêcher la propagation à d’autres régions et a appelé à la collaboration du public.
Après le cas d’une personne habitant rue Eugène Laurent le 24 mars dernier, neuf autres cas de dengue ont été recensés à ce jour. Dans le premier cas, il s’agit d’une personne ayant voyagé en Inde. Mais tel n’est pas le cas pour les autres. Le 30 mars, une deuxième infection a été décelée chez une personne habitant également la rue Eugène Laurent. « Il s’agit, dans ce cas-là, d’une infection locale, comme pour les autres qui ont suivi. »
Selon Anil Gayan, le fait que les habitations soient proches les unes des autres dans ce quartier de Port-Louis a facilité la transmission. Toutefois, un autre cas a aussi été recensé rue La Gaieté, laissant comprendre que les foyers ont évolué. « Hier, il y avait six cas. Et aujourd’hui, nous en sommes arrivés à dix. »
Le ministre de la Santé rassure néanmoins que tout a été mis en oeuvre pour empêcher la propagation à d’autres régions. « Le protocole a été déclenché dès le premier cas. Nous procédons à la fumigation dans les régions concernées. Nous allons aussi distribuer des anti-moustiques et des livrets informatifs dans les régions concernées à quelque 3 000 familles. »
Anil Gayan rappelle qu’il n’y a ni traitement ni vaccin contre la dengue. « Elle est traitée comme une fièvre. » Pour l’heure, les dix personnes infectées se trouvent à l’hôpital. Elles ont été placées sous moustiquaires pour éviter des infections. Il lance un appel à la collaboration du public pour éliminer les foyers potentiels de moustiques en évitant les accumulations d’eau dans les cours. « Des équipes d’inspection se trouvent sur le terrain. Nous avons également renforcé les équipes de fumigation. »
Par ailleurs, les cliniques et médecins du privé ont aussi été invités à signaler les cas suspects et à envoyer des échantillons de sang pour analyse. « Le laboratoire de Candos permet de connaître les résultats en six heures. »
Le ministre de la Santé dit compter sur la collaboration du public. La dengue se transmet par les moustiques de type Aedes. Les symptômes sont une forte fièvre, des maux de tête ainsi que des douleurs rétro-orbitaires et musculaires, entre autres.