Depuis les inondations meurtrières de mars 2013, les habitants des régions à risques vivent sous tension. Les travaux destinés à les protéger n’ont jamais été complétés et le suivi technique n’est pas effectué. L’angoisse est plus forte en ce moment, à l’approche de la saison des pluies. Les prévisions météorologiques font état de gros risques de pluies torrentielles et de flash floods.
Le mardi 11 novembre, les habitants de Sable Noir sont descendus manifester leur colère dans la rue. Raison : aux prochaines grosses averses, leurs maisons risquent d’être inondées car les travaux destinés à les protéger n’ont pas été complétés. “Nou lavi an danze, mwind tilapli ki pou ena pou ena inondasion”, s’insurge Linley Mouthien, membre des forces vives de Sable Noir. Selon les habitants, la plupart des drains de Port-Louis canalisent les eaux vers Sable Noir.
Les canaux sont obstrués au niveau du vieux pont qui s’y trouve et il y a risque de débordement comme en mars 2013, où tout le quartier s’était retrouvé sous les eaux. Selon Linley Mouthien, les officiers de la NDU sont d’accord avec les habitants, mais les travaux n’ont toujours pas démarré. “Nous voulons voir les choses se concrétiser. Nous ne pouvons plus attendre.”