Si on faisait état, dans notre édition du dimanche 9 juin 2013, de l’enlaidissement de nos plages – dont celles de Grand-Baie et de Poudre d’Or – avec des travaux de réhabilitation entrepris pour contrer l’érosion, et de la déception de certains habitants qui s’élèvent contre l’abattage d’arbres sur la plage pour faire place à une “piste pour motocyclistes”, le ministère de l’Environnement a tenu à apporter certaines précisions.
Selon le ministère, le point fort du projet est l’aménagement d’une armure sous forme de revêtement en pierres sur une distance de 250 m afin d’atténuer les effets de l’érosion, comme recommandé par les consultants de la firme australienne Baird. La mise en place de ce revêtement en pierres a permis de récupérer 5 m de plage qui avaient disparu du fait de l’érosion, souligne l’Environnement, qui dit avoir opté pour une approche holistique en revalorisant l’ensemble du site au coût de Rs 17,8 M. La finalité du projet, dit-il, est de permettre à cette partie du littoral nord de retrouver le cachet qu’elle avait il y a quelques années. Ainsi, dans un souci d’embellir le site, des travaux de paysagisme ont été également entrepris. Ces travaux comprennent, entre autres, la mise en terre de pas moins de 200 plantes, dont des palmiers et des plantes exotiques de nature non invasive.
Reste que, pour les habitants de Poudre d’Or – que le ministère de l’Environnement dit avoir consultés à deux reprises avant le début des travaux, et ce, en présence des pêcheurs, des membres des forces vives et les officiers des autorités concernées –, ces travaux de réhabilitation, bien que nécessaires, enlaidissent le village. Ils estiment que l’allée aménagée à l’initiative du ministère de la Santé, qui finance ce projet estimé à Rs 4,2 M, n’a rien d’un “parcours de santé”, mais qu’il s’agit davantage d’une piste pour motocyclistes ou pour pratiquer du roller…