Le rapport du Fact Finding Committee présidé par Denis Vellien, ancien Senior Magistrate de la Cour intermédiaire, sur le limogeage par la MBC de Rehana Ameer, présidente de la Mauritius Broadcasting Corporation Staff Association (MBCSA) retentit comme une véritable gifle magistrale administrée au directeur général de la MBC, Dan Callikan. En effet, les premières indications des conclusions de ce rapport, révélées par le Premier ministre, Navin Ramgoolam, en réponse à la Private Notice Question (PNQ) d’hier matin du leader de l’opposition, Paul Bérenger, constituent des éléments d’un Indictment contre des pratiques adoptées en matière de relations industrielles au sein de la MBC.
Depuis la galerie des officiels au sein de l’hémicycle, le principal concerné, Dan Callikan, a assisté, impuissant, à ce déballage en règle contre les méthodes adoptées face aux syndicalistes. Même si de manière systématique, le Premier ministre s’est évertué à répéter que « dans l’affaire de Rehana Ameer, les torts sont partagés », la direction générale de la MBC a été prise en flagrant délit d’abus de pouvoirs et de procédures (unfairness), de s’être en même temps constituée juge et partie, et de n’avoir pas tenu en ligne de compte des « mitigating factors » en entérinant la décision de limoger Rehana Ameer. De même, les relations industrielles extrêmement tendues ont été pointées du doigt.
La proposition du Premier ministre à l’effet que, dans le sillage du rapport de l’ex-Senior Magistrate Denis Vellien, la direction de la MBC et Rehana Ameer se rencontrent dans les prochains jours pour amorcer une sortie de crise, n’a pas fait l’unanimité à l’Assemblée nationale. L’opposition MMM a rappelé au gouvernement que, dans ce cas de figure, ce sera un retour à la case départ, avec Rehana Ameer se retrouvant face à ceux qui l’avaient achevé professionnellement à la fin de l’année dernière, et qui ont été sévèrement blâmés par le rapport Vellien. (Voir d’autres développements plus loin).
Dans ces circonstances, le leader de l’opposition a obtenu que la possibilité de réintégrer et de réhabiliter professionnellement Rehana Ameer soit privilégiée, avec Navin Ramgoolam n’affichant aucune hostilité à cet effet. Mais le moment le plus compromettant pour le Premier ministre, lors des échanges sur l’affaire Rehana Ameer à l’Assemblée, a été l’interpellation supplémentaire du Whip de l’opposition, Rajesh Bhagwan. Sans aucune hésitation, celui-ci a soutenu qu’il est dans l’intérêt de Navin Ramgoolam que le directeur général de la MBC, Dan Callikan, soit carrément limogé.
D’autre part, malgré le fait que le sujet de la MBC soit un « very hot issue » sur le plan politique, le ton adopté par l’opposition MMM était à la retenue, alors que le camp du gouvernement avait préféré afficher un « low profile ». Le leader du MSM, Pravind Jugnauth, a voulu pour sa part jouer dans un autre registre, soulignant que le gouvernement aurait dû dicter tout simplement à la MBC la réintégration de Rehana Ameer, comme cela avait été le cas récemment pour le directeur des ressources humaines à la Mauritius Duty Free Paradise. Mais l’intervention du Speaker, Kailash Purryag, a su prévenir tout débordement en ce début de séance parlementaire pour un samedi matin.