En 1989, Sonia Leong Son faisait la couverture du no 12 de Scope. Elle venait de remporter le titre de Miss Mauritius Wonderland et se préparait à se rendre à Taïwan. Alors âgée de 19 ans, la Miss commençait à dessiner son avenir, loin du monde des paillettes, de la couronne et de l’écharpe. Sonia Leong Son avait déjà mis un pied dans le monde du fitness, en étant une des premières instructrices d’aérobic à Maurice. Elle nous confiait alors son rêve d’ouvrir son gymnase. Vingt-neuf ans après, Scope est allé aux nouvelles.

“Il faut avoir l’esprit positif dans la vie, croire en soi, découvrir et faire développer son talent.” C’est sur cette citation que WES terminait le texte consacré à cette jeune femme de 19 ans qui faisait beaucoup parler d’elle à l’époque. Sonia Leong Son faisait la une de notre douzième numéro. Avec comme titre : A Miss in Wonderland. Elle venait alors de décrocher le titre de Miss Mauritius Wonderland. Vingt-neuf ans plus tard, Sonia Leong Son a toujours le look pétillant, de l’énergie à en revendre et la positive attitude.

Un esprit sain dans un corps sain

C’est en tenue décontractée qu’elle nous accueille chez elle à Beau Bassin. À 48 ans, cette mère de cinq enfants a toujours la taille fine, comme à l’époque de son sacre. Son secret de beauté est d’avoir “un esprit sain dans un corps sain, mais surtout de savoir prendre la vie comme elle se présente”. Elle garde le sourire malgré la pression d’un déménagement en catastrophe et le retard accumulé sur le chantier où elle prévoit d’ouvrir son nouveau centre de fitness. Elle a donc concrétisé son grand rêve, celui qu’elle évoquait alors dans son entretien à Scope : “J’irai peut-être en stage en Afrique du Sud, et mon plus grand rêve serait d’ouvrir un gymnase qui serait en même temps un Health Centre.” Cette idée a germé après qu’elle a pris des cours d’aérobic (offerts par le ministre de la Jeunesse et des Sports d’alors, Michael Glover) avec la monitrice américaine Susan Edwards. “Je venais à peine de compléter ma HSC et je ne savais pas encore quoi faire. Cette opportunité s’est présentée à moi. Comme j’étais une passionnée de danse et de sport, je me suis lancée. J’étais un peu au courant de cette pratique : mes tantes établies à l’étranger m’envoyaient régulièrement des cassettes d’aérobic.”

Certificat en poche, elle commence à donner des cours d’aérobic lorsque son prof de danse moderne, Sylvio Chan, décide d’émigrer. Il lui propose l’emplacement situé à la rue Ambrose, RoseHill.

Trouver sa voie. Cette année, cela fait exactement trente ans que Sonia Leong Son s’est construit un nom comme prof de fitness. Remontant le temps, elle nous confie : “Il faut reconnaître que les choses ont été faciles car j’étais l’une des premières dans ce domaine. Les gens sont venus vers moi, à tel point que j’ai démissionné de mon poste de secrétaire pour me consacrer entièrement au fitness.” Ceci ne l’empêchera pas de participer au concours Miss Mauritius en deux occasions. En 1988, elle est élue première princesse de Miss Mauritius Universe; en 1989, elle remporte le titre de Miss Mauritius Wonderland. Comme elle l’expliquait dans le No 12 de Scope, outre d’avoir été attirée par “le côté spectacle et puis la possibilité de représenter son pays quelque part, de rencontrer beaucoup de gens”, ces concours de beauté lui ont surtout permis de “prendre plus aisément des décisions, de faire des projets”. À son retour de Taïwan, Sonia Leong Son décide d’approfondir ses connaissances et entame des cours de moniteur de gym à l’université de Technologie de Cape Town en Afrique du Sud. Elle se familiarise avec les haltères et tous les exercices de circuit, et également avec les machines.

Se décrivant comme une personne avant-gardiste, elle n’hésite pas à mettre le cap sur l’Angleterre pour tout apprendre sur l’aquagym et les exercices prénatals et postnatals. Armée de toutes ses nouvelles connaissances, la prof de fitness était en mesure d’offrir le service le plus complet à ses élèves. “Je me démenais pour amener des nouveautés, pour innover et offrir une multitude de services afin que chacun puisse y trouver son compte.”

Détermination

Une nouvelle salle devient indispensable pour installer des équipements et d’autres machines. Direction la rue Shand à Beau Bassin, avant d’oser le pari d’emménager au complexe du Windsor Leisure, où elle ouvre le Sonia’s Fitness Plus. Elle élargira sa gamme d’activités : classes de fi tness (Zumba, combat, gym douce, aquagym, kids Zumba); programmes d’exercices de cardio-training et de musculations, karaté, kung-Fu et self-defense, danses latines et de salon. Autant dire que Sonia Leong Son a su croire en elle, a pris le temps de se découvrir et de développer son talent. Aujourd’hui, Scope se retrouve face à une femme pleine d’assurance et fi ère de son parcours. “J’ai fait de ma passion mon métier a fin de la partager. C’est là que je puise mon énergie et mon sourire. J’aime le sport et le dépassement de soi; j’aime les rencontres, les échanges et les gens. J’ai reçu beaucoup plus que je ne donne. Je n’ai jamais lâché prise car mon but n’était pas de faire du business, même si les gyms ont poussé comme des champignons et que la concurrence est féroce.”

La première et unique Miss Wonderland Mauritius croit beaucoup en la providence divine et en cette parole du Psaume 23 : “L’Éternel est mon berger, rien ne saurait me manquer”, à laquelle elle s’est toujours accrochée. “Le Christ s’occupe de tout. Il n’y a que le Seigneur qui peut m’offrir de tels cadeaux. Je me sens toujours portée par lui, si bien que je ne me décourage jamais.” De Miss à femme, seule à gérer son rôle de mère et d’instructrice de fi tness, Sonia Leong Son n’a pas fini de dé fier le temps avec détermination et une vraie joie de vivre.