Après la reprise des négociations avec le management de la Cargo Handling Corporation vendredi, les syndicalistes de la Port-Louis Maritime Employees Association s’attendent à franchir une étape importante cet après-midi pour la suite des négociations portant sur une amélioration des conditions de travail dans le secteur portuaire. En effet, ils devront avoir confirmation des Notes of Meetings des délibérations de vendredi axées sur une nouvelle structure.
La question de l’introduction d’une nouvelle structure dans le port a été abordée en fin de semaine dernière lors de la reprise des négociations avec le management. Ainsi les Notes of Meetings qui devront tomber cet après-midi seront déterminantes pour la suite de négociations et la confirmation des progrès réalisés depuis le go slow qui a paralysé le port la semaine dernière.
« Nous sommes confiants pour la réunion de cet après-midi et pour la confirmation des Notes of Meetings des délibérations de vendredi. Ce que nous pouvons dire à ce stade, c’est que les employés concernés suivent l’évolution de la situation de très près. Mais nous devons avouer qu’ils sont également très méfiants surtout après que le Managing Director de la CHC a osé touché au droit constitutionnel des travailleurs dans les propositions initiales du management », a déclaré Alain Edouard au Mauricien, ce matin.
Ainsi, l’agenda pour la réunion de cet après-midi est qu’une fois que les Notes of Meetings seront obtenues, les dirigeants de la Port-Louis Maritime Employees Association (PLMEA) et le management de la Cargo Handling Corporation (CHC) fixeront la date pour le prochain round des négociations. Les autres points qui devront être soulevés pour les prochaines étapes sont le Grading System dans le port et une révision salariale pour les employés.
Dans l’éventualité où les choses se passent comme prévu, ces revendications syndicales devraient être abordées dans le courant de cette semaine. Surtout que le syndicat a fixé la date butoir du 8 juillet pour les négociations et, passé ce délai, se réserve le droit d’enclencher des procédures de grève dans le port. Affaire à suivre…