La Mauritius Professional Football League souhaite mettre de l’ordre au sein du football professionnel. Une longue lettre avec six recommandations a été envoyée aux responsables des dix clubs composant la Barclays Mauritius Premier League.
Une missive qui se veut une piqûre de rappel, en somme, mais aussi une façon de rappeler aux clubs les engagements qu’ils ont pris au moment de la signature. « La MPFL demande aux clubs évoluant dans la Premier League la mise en application des recommandations suivantes pour le bon fonctionnement administratif et la durabilité du football professionnel » dès janvier 2016, peut-on lire dans le communiqué qui a été circulé auprès des clubs.
Ainsi, l’instance du football professionnel rappelle que l’effectif de chaque club doit être composé de 22 joueurs, soit 15 éléments employés à plein temps, cinq joueurs juniors « rémunérés de manière proportionnelle » et deux joueurs seniors embauchés à mi-temps.
De plus, il est demandé aux clubs d’exercer un contrôle en ce qui concerne la discipline. « Chaque équipe doit exercer un contrôle par rapport à la présence de ses joueurs à l’entraînement ou en match, mais aussi à la discipline et à la performance de ces derniers. » Les clubs devront donc également une fiche de présence des joueurs « certifiée par le président et l’entraîneur », fiche qui sera contrôlée par les autorités et les sponsors.
Il est aussi rappelé que chaque club évoluant à domicile aura un total de 500 billets à vendre avant le match. Pour les clubs évoluant à l’extérieur, ils n’auront que 100 billets à écouler. « Chaque équipe de la Premier League devrait bénéficier d’un montant mensuel de Rs 300 000 à partir duquel sera déduit les montants obligatoires par rapport à la vente des tickets. A cet effet, la MPFL prendra en considération la déduction des tickets facturés à Rs 45 l’unité », poursuit encore le signataire de la lettre.
Il y a forcément un moment où le bât blesse. Et lorsqu’il s’agit du porte-monnaie, c’est sûr que les réactions ne vont pas tarder. La bonne nouvelle concerne l’ASPL 2000, La Cure Sylvester et Pamplemousses SC. Ces trois formations, qui occupent respectivement les première, deuxième et troisième places, se verront offrit un cachet de Rs 25 000 en sus des Rs 300 000 qui leur seront versées. Par contre, dans l’autre moitié du tableau, GRSE Wanderers (8e), Chamarel SC (9e) et le CSSC (10e) verront leurs dotations réduites de Rs 25 000 et ne percevront donc que Rs 275 000.
La MPFL rappelle, dans la même missive, que les allocations financières aux équipes sont « obligatoirement destinées aux joueurs (l’escouade) seulement avec l’inclusion des salaires des coaches qui sont employés uniquement à plein-temps » et que toute autre utilisation serait « contraire à […] l’accord » signé avant le début du championnat.
Autre point qui a été retenu : la MPFL a décidé de suspendre les primes et cachets octroyés sur les buts marqués sur coup franc ou corner ou durant les 10 premières minutes de jeu. « La MPFL a décidé de suspendre temporairement les cachets octroyés sur les buts inscrits sur corner, coup franc etc, […] compte tenu d’un manque de résultats crédibles destinés à améliorer la qualité du jeu. »
Le sixième point de la missive attire l’attention des équipes de la ligue professionnelle sur les conditions de la mise en place du projet. La MPFL avait préconisé la mise en place d’écoles de football dans les régions liées au projet, d’activités sociale dans les quartiers respectifs, la recherche des sponsors et la restructuration des administrations des clubs. Mais, la conclusion de cette lettre laisse entendre que cela a été un échec. « La MPFL constate avec regret de mince progrès à ce niveau. » La professionalisation serait-elle à nouveau en sursis ?