De nouveaux inspecteurs du travail (Labour & Industrial Relations Officers) ont été recrutés pour veiller à la bonne application du droit du travail au sein des entreprises et enregistrer les doléances des employés à travers des bureaux régionaux. Six nouveaux postes supplémentaires ont été prévus dans le Budget 2015-16, portant ainsi le total de nouvelles recrues à 26.
Le nombre insuffisant d’inspecteurs du travail a été soulevé à maintes reprises par différents syndicats. Pour y remédier, 26 nouveaux Labour & Industrial Relations Officers entreront bientôt en poste, assure une source au sein du ministère du Travail, des Relations industrielles et de l’Emploi. Les entretiens ayant déjà été réalisés, les dernières procédures avec la Public Service Commission (PSC) sont désormais en voie d’être finalisées. Outre des inspections dans des entreprises pour veiller à l’application du droit du travail, les Labour & Industrial Relations Officers seront également postés dans les 17 Regional Labour Offices pour recueillir des doléances d’employés à l’encontre de leurs entreprises. Ces inspecteurs du travail seront aussi chargés de faciliter la médiation avant d’éventuellement référer toute affaire à la Cour industrielle.
Maurice est, soulignons-le, signataire de la convention 81 de l’Organisation internationale du Travail (OIT) des Nations Unies, la Labour Inspection Convention, qui assure le droit aux inspecteurs du travail d’effectuer des visites dans des entreprises. Ces officiers disposent d’un pouvoir d’investigation pour procéder aux examens, contrôles ou enquêtes jugés nécessaires pour s’assurer que les dispositions légales relatives aux conditions de travail et à la protection des travailleurs dans l’exercice de leur profession sont effectivement respectées.
Selon le ministre du Travail Soodesh Callichurn, ces officiers ont un rôle important à jouer dans la promotion du travail décent et d’un environnement de travail sécurisé pour employeurs et employés. Le ministère du Travail revoit actuellement le système d’inspection du travail pour plus d’efficacité et de « proactivité » pour mieux répondre aux nouveaux enjeux du monde du travail. Il est notamment question d’encadrer davantage les officiers de la Labour Division à travers le renforcement des capacités et des compétences.