L’Union of Bus Industry Workers (UBIW), l’un des principaux syndicats dans le secteur du transport en commun, a remporté une manche déterminante dans le bras de fer l’opposant à la direction de l’United Bus Service. Depuis le 6 août 2013, cette compagnie, considérée comme un des Major Players dans cette industrie, avait enlevé unilatéralement la reconnaissance de ce syndicat des employés en vue de changer la donne dans les relations industrielles. Toutefois, au cours de ces trois dernières années, les dirigeants de l’UBIW n’ont pas pour autant baissé les bras et ont porté l’affaire devant l’Employment Relations Tribunal, présidé par Rashid Hossen. Mercredi, la décision est tombée, l’ERT se prononçant en faveur de la tenue d’un référendum parmi les 1 500 employés de cette compagnie de transport en commun en vue de décider la “Recognition” syndicale avec une première concertation entre les différentes parties fixées au 31 mai pour définir les modalités du vote par bulletins secrets à être pris au sein du personnel.
Dans les rangs de l’UBIW, ce “ruling” de l’ERT est accueilli favorablement, compte tenu « du climat anti-GWF entretenu » au cours de ces dernières années. « Apre enn long prose zidisyer ki finn dire pre trwa zan, Union of Bus Indusyry Workers, afilye avek General Workers Federation (GWF), finn gayn enn viktwar ziridik byen inportan », a déclaré Ashok Subrin, animateur de l’UBIW et de la GWF au sujet de ce développement.
De son côté, après analyse des faits versés par les représentants de la GWF, l’ERT a été catégorique par rapport à sa décision, prenant à contre-pied les arguments du patronat. « To suggest that UBIW was not recognized by the Respondent for negotiating purposes would to our mind be denying the obvious. We have no lurking doubt to conclude that the evidence on the whole points towards a clear and distinct conduct showing an implied agreement to recognize the trade union for the purpose of collective bargaining », soulignent le president de l’ERT et ses deux assesseurs Raffick Hossenbaccus et Triboohun Raj Gunnoo.
L’ERT poursuit que les différents rounds de discussions engagées entre les deux parties attestent : « Not merely willingness to discuss but also to negotiate with a view to striking a bargain upon one or more work issues. The representative of UBIW even adduced evidence as to the categories of workers in the bargaining unit for which UBIW had been granted recognition. He referred to manual workers, bus conductors, drivers, mechanics and other workshop employees. »
Ashok Subron met l’accent sur le fait que le référendum ordonné par l’ERT à l’UBS est le deuxième plus important après le vote pris par les employés du port pour déterminer la représentativité de la Port-Louis Maritime Employees Association (PLMEA). « Aster, apre trwa zan konba ziridik, travayer UBS pou ena la posibilite, san freyer, san intimidasyon, pu exprim zot atraver biltin sekre dan bann semenn ki pe vini. Nu sir ki travayer UBS pu vot avek disernman ek pu exprim masivman zot adezyon a UBIW-GWF », ajoute-t-il. Le négociateur de la GWF fait comprendre : « Malgré l’offensive antisyndicale du patronat de l’UBS, l’UBIW a été en première de la lutte pour une révision salariale et une amélioration des conditions de travail dans le secteur du transport en commun » avec la mise à exécution de la dernière augmentation des salaires décidée par le National Remuneration Board à partir du 1er août prochain.
Dans les attendus du “ruling”, l’Employment Relations Tribunal (ERT) rappelle : « In a letter dated 6th of August 2013, in the context of correspondences in view of the signature of a collective agreement to grant UBS transport workers a salary increase, the UBIW was officially informed by the Managing Director of the UBS Transport Ltd, that the employer has granted sole recognition to the United Bus Service Employees Union. » Dans une autre correspondance en date du même jour, l’UBS avait confirmé que trois autres syndicats au sein de la compagnie avaient décidé de soutenir l’United Bus Service Employees Union avec l’avènement de l’Employment Relations Act.
Face à cette tactique du patronat, l’UBIW a saisi l’ERT pour réclamer un référendum vu que « the fact that the validity of the recognition of the UBIW is protected, and remains affected, as per Section 37 (3) of the act ; and given the fact that more than two trade unions are already recognized in the enterprise and one of the trade unions has recognition as a sole bargaining agent, the UBIW is making an application to the Employment Relations Tribunal under Section 37 (Savings and transitional provisions) (4) (a) (ii) of the Employment Relations (Amendment) Act 2013, to determine as to which trade union the workers in the bargaining unit wish to be their bargaining agent ».