Photo d'illustration

Les plaintes continuent à pleuvoir en cette période de confinement pour ce qui est des relations industrielles. Pas de salaire à la fin du mois de mars, les petites entre- prises qui ont l’habitude de payer leurs employés chaque quinze jours ne parviennent pas à le faire ; certains employés ont perçu seulement la moitié de leurs salaires; les salariés appelés à prendre leur congé annuel prématurément ; des employés qui attendent toujours le paiement de 50 % de leurs salaires de la MRA et fermetures de banques de proximité en sont du nombre.

Pour Reaz Chuttoo, il y a beaucoup de problèmes liés aux services essentiels en ce moment. Il est vrai, dit-il, que le pays est en période de confinement et que les employés auraient dû faire une sélection sur la catégorie des travailleurs qui est à risque et ceux qui ne le sont pas. Il fallait selon lui identifier les travailleurs qui sont atteints de diabète ou qui souffrent de maladies cardio-vasculaires. Il fallait que les employeurs accordent une attention particulière à cette catégorie d’ employés. Les employeurs se sont limités à l’octroi de masques et de gel désinfectant sans se rendre compte qu’il y a des gens qui travaillent avec des structures en métal qu’il faut désinfecter tous les jours parce que le virus reste actif pendant 17h sur le métal, souligne le président de la CTSP.