Pratiquement à la veille de l’ouverture des négociations pour la signature d’un nouvel accord collectif, les relations industrielles sont mises à rude épreuve dans le secteur portuaire avec une véritable fronde des travailleurs. Agitation et colère se font sentir dans les rangs des employés avec la décision de la Cargo Handling Corporation Ltd (CHCL) de geler les exercices de promotions et, par extension, le paiement des “increments” associés à l’intention de 412 travailleurs. Dans le sillage de l’assemblée des travailleurs convoquée à la mi-journée à Port-Louis à l’initiative de la Port-Louis Maritime Employees Association, la direction de la CHCL devra être en présence d’un ultimatum formel dès cet après-midi pour révoquer la décision de “freeze” ces promotions dans le secteur portuaire.
Au vu des secousses et les relations industrielles délicates dans le port depuis quelques semaines déjà, l’assemblée des travailleurs, qui se tient depuis 12 h 30 au centre Jean Lebrun, Les Salines, Port-Louis, se déroule dans une atmosphère de fortes tensions avec une participation massive des travailleurs. Les recoupements du Mauricien en marge de ce rassemblement confirment qu’un ultimatum sera lancé à la CHCL afin d’annuler le gel des exercices de promotions et le paiement des “increments” à l’intention de 412 travailleurs. Les responsables syndicaux maintiennent avec force que la mise en oeuvre de cet exercice de promotion est une partie intégrante d’une convention collective dûment signée par la direction de la CHCL sous la supervision de la Commission de conciliation et de médiation (CCM), et a été approuvée par le conseil de cette société portuaire.
Lors de ce rassemblement, les responsables de la PLMEA ont également informé les travailleurs que la CCM a apporté un formel démenti à la principale raison évoquée par le management selon laquelle cette décision de gel a été prise suite à des discussions avec cette instance. Les syndicalistes soutiennent que, dans une correspondance qui leur a été adressée tout dernièrement, la CCM a pris à contre-pied la version présentée par la CHCL en insistant que « the Commission never advised or requested the Management to freeze the implementation of the promotional exercise at the Cargo Handling Corporation Ltd ».
À ce stade, les représentants des travailleurs avancent que si la direction de la CHCL maintient sa décision « illégale et préjudiciable », la PLMEA n’aura d’autre choix que d’avoir recours à des actions légales et industrielles dans le secteur portuaire afin de défendre les intérêts des employés. « Des dépositions massives seront consignées à la police, car ce gel initié par le management est une violation de l’article 56 (8) de l’Employment Relations Act et constitue une “criminal offence” sous l’article 104 de cette disposition », annonçait déjà le négociateur syndical Ashok Subron, peu avant le coup d’envoi de l’assemblée des travailleurs à 12 h 30.
Ainsi, à l’issue du rendez-vous du jour, des décisions importantes devront être entérinées, que ce soit en marge de la bataille pour annuler le gel des exercices de promotions ou encore celle pour réintégrer les représentants élus des travailleurs sur le board du Staff Committee de la CHCL. En cas de non-satisfaction, les syndicalistes annoncent des actions industrielles de manière spontanée sur le port dans les prochains jours, voire dans les prochaines semaines. Des correspondances, comprenant des décisions ratifiées lors de l’assemblée des travailleurs à la mi-journée, devront être transmises à la direction de la CHCL aussi bien qu’à plusieurs ministres, dont le Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, et le Deputy Prime Minister Xavier-Luc Duval, en vue d’une sortie de crise.