Les représentants du personnel des Casinos de Maurice, regroupés au sein de la Casino Employees Union, sont montés au créneau pour dénoncer ce qu’ils considèrent comme une « situation chaotique » prévalant à la direction de ces établissements de Maurice. Ils souhaitent que les autorités rappellent à l’ordre le management.
« Nous notons actuellement, avec beaucoup de peine, qu’il existe une situation que nous pouvons décrire comme “chaotique” au sein des casinos de Maurice ! », déplore d’emblée le président de la Casino Employees Union (CEU), Jayen Moorghen. Entourés des membres du syndicat, il intervenait ce matin au Centre social Marie Reine de la Paix lors d’une rencontre avec la presse. « Il y a une absence flagrante de leadership et tout indique que le management est désorganisé, ce qui ne peut être dans l’intérêt du personnel ! », ajoute-t-il.
Pour soutenir leurs dires, les membres du syndicat avancent des exemples. D’abord, en ce qui concerne la politique générale de transfert aux casinos. « Ce n’est pas normal que le récent exercice de transfert général ait été gelé sous la pression d’une minorité d’employés ! », fulmine Jayen Moorghen. « Le management était d’accord pour appliquer indistinctement une politique de transfert général, cela dans l’intérêt de tout le personnel. Mais est-ce normal qu’il cède sous la pression d’une petite minorité qui estime qu’elle perd ses privilèges ? » se demande-t-il.
Le président de la CEU explique que depuis six-sept ans, des employés du Grand Casino du Domaine (les Pailles) attendent leur transfert vers un autre établissement. « C’est une injustice à leur égard, car au Grand Casino du Domaine où il y a davantage de “big games”, ces employés courent de plus grands risques de fautes professionnelles et doivent, en outre, travailler du soir jusqu’au petit matin. Ailleurs, leurs collègues plus chanceux, ne font que le travail de jour, voire pas aussi tard le soir, et courent moins de risques professionnels. Une rotation régulière entre les divers casinos sera moins stressante et plus équitable pour tout le monde », élabore-t-il.
Jayen Moorghen juge cet état de choses d’autant plus « injuste » que des employés qui bénéficiaient au départ d’une allocation de nuit de 23 % des salaires au Grand Casino, mais qui ont obtenu leur transfert pour le casino du Caudan afin de travailler le jour et d’effectuer des tâches plus légères, continuent de toucher leur allocation. « Pas étonnant que ceux du Grand Casino veulent eux aussi être transférés et toucher leur allocation. D’où notre demande pour une rotation plus équitable entre les casinos », commente-t-il.
Le président de la CEU trouve « inacceptable et inconcevable » que le management tombe d’accord avec le syndicat sur un problème pour ensuite revenir sur sa décision. « Revenir sur la décision de faire un employé travailler aussi près que possible de son lieu de résidence en est un autre exemple ! » fustige-t-il.
Autre doléance du syndicat : le refus de la direction des Casinos de rendre public le rapport de Me Robin Ramburn sur le décès de Parmanandsingh Persand. Se disant victimisé, cet ex-Assistant Unit Head Security Officer est mort le 3 juillet, après une convocation par la direction des Casinos de Maurice. Celle-ci avait institué un comité d’enquête pour situer les responsabilités dans cette affaire. « Même si la direction refuse de rendre public ce rapport, qu’elle donne au moins une copie à la famille pour qu’elle puisse faire son deuil ! » argue Jayen Moorghen.