Existe-t-il un conflit entre le ministère de la Jeunesse (MJS) et des Sports et le Comité olympique mauricien (COM- ? Surtout avec les divergences de vue entre le ministre de tutelle, Devanand Ritoo, et le président du COM, Philippe Hao Thyn Voon concernant l’institution du nouveau comité directeur de la Fédération mauricienne de natation vendredi dernier.
Les deux hommes forts du sport mauricien ont semblé vouloir calmer le jeu et ont choisi de ne pas mettre de l’huile sur le feu. C’était au cours de la fonction de remise de récompenses à Aurélie Halbwachs, Fabrice Bauluck et Facson Perrine, hier après-midi à Rose-Hill.
D’emblée, Devanand Ritoo s’est montré des plus rassurants. « Au MJS, nous n’avons aucun problème avec le COM. D’ailleurs, il n’y aura aucun problème tant que je serai ministre. » Dans la foulée, il a soutenu vouloir travailler de concert avec tous les stakeholders du sport mauricien.
« En tant qu’ancien athlète et banquier, j’ai toujours adopté une ligne de conduite. J’ai toujours eu une communication claire avec les dirigeants, les fédérations, les entraîneurs et les journalistes et je ne me permettrai aucune déviation. » Et d’ajouter : « Nous sommes condamnés à travailler ensemble, main dans la main, même si nos points de vue sont différents. Ce sont les sportifs qui sortiront gagnants. »
Philippe Hao Thyn Voon a adopté la même ligne de pensée lors de son allocution. « Nous sommes condamnés à travailler ensemble. Un tiers de la population mauricienne est engagé dans le sport et mérite d’être encadré convenablement. D’autant que les dirigeants consentent à beaucoup d’efforts. »
Le président du COM a comparé les relations entre les deux organismes à un couple. « Ce sont comme deux personnes qui se sont mariées et qui adopté des enfants. Ces enfants, ce sont les fédérations et il faut que nous nous occupions d’eux. C’est pourquoi nous devons regarder dans la même direction ».
À son avis, il ne peut exister de conflit. « Dans ce genre de mariage, il ne peut avoir de divorce. Et ce, même s’il existe parfois de la zizanie. » Dans cette optique de collaboration étroite souhaitée, il a évoqué l’aide conséquente accordée par le Comité international olympique dans le cadre de la préparation des prochains Jeux Olympiques de Londres.
Par ailleurs, Devanand Ritoo s’est dit « satisfait » du dénouement du conflit au niveau du football, mais a exprimé sa déception que le Club M n’ait pu participer à la phase qualificative de la prochaine Coupe d’Afrique des Nations.