Les relations entre la Mauritius Table Tennis Association (MTTA) et le Trust Fund For Excellence In Sports (TFES) et par ricochet  le ministère de la Jeunesse et des Sports ont pris du plomb dans l’aile. Une succession des événements ces derniers jours confirme, en effet, cette thèse avec (a) la coïncidence des heures des entraînements des jeunes qui bénéficient d’une bourse du TFES, (b) la mise à l’écart des pongistes Warren Li Kam Wa et Jaisina Newaj de l’entraînement de la sélection nationale par la MTTA en attendant des explications de leur part et (c) Patrick Sahajassen, a été appelé par son employeur, le MJS, à faire de la promotion du tennis de table dans le nord de l’île. Du reste, le  directeur technique de la fédération, a été demandé à s’installer au stade…Anjalay.
Un problème avec le Trust
C’est dire la confusion totale qui s’est installée au sein de cette fédération et visiblement tout laisse croire qu’il existe désormais un problème relationnel entre la MTTA et le MFA. Didier Hao Thyn Voon, vice président de la MTTA, voit les choses autrement. Pire, il voit même un «hidden agenda» de la part du ministère de la Jeunesse et des Sports vis-à-vis  sa fédération. Expliquant d’abord l’affaire des entraînements des pongistes qui bénéficient d’une bourse du TFES, Didier Hao Thyn Voon souligne que le problème ne date pas d’aujourd’hui. «J’étais encore président de la fédération et je me trouvais au Canada lorsque j’ai parlé avec Michael Glover pour lui dire qu’il y avait un problème avec les entraînements du trust et qu’il fallait rediscuter de cette affaire. Entre-temps, il y a eu les Jeux des Iles et la préparation de la sélection nationale. Aujourd’hui, les choses sont revenues à la normal à la fédération mais il y a toujours un problème avec les entraînements des pongistes qui bénéficient d’une bourse du trust», a expliqué à Week-End, Didier Hao Thyn Voon.
Ce dernier a aussi estimé que dans cette affaire, il y a un problème de communication et que de ce fait, la MTTA estime qu’elle n’est pas prise en considération dans les démarches des pongistes qui s’entraînent avec l’entraîneur du trust qui est Ravi Burthun. Comme le veut la coutume dans cette guerre d’éléphant, ce sont les athlètes qui en font les frais. La reprise des entraînements du trust entre 15h et 17h vient de ce fait percuter avec les entraînements de la sélection nationale qui débute à 16h pour prendre fin à 19h sous la direction de Rajessen Descann.
«La fédération a décidé qu’il n’est plus possible que des pongistes commencent les entraînements avec la sélection nationale une heure après. C’est la raison pour laquelle l’entraîneur national n’a pas accepté que Warren Li Kam Wa et Jaisina Newraj entrent dans une séance d’entraînement alors que le travail avait déjà commencé. C’est inacceptable. C’est pas un bazar et c’est pourquoi la fédération a écrit une lettre aux parents de Warren Li Kam Wa et Jaisina Newaj pour venir expliquer pourquoi ils ne peuvent pas s’entraîner aux heures normales avec la sélection nationale», a expliqué à Week-End, le vice président de la MTTA.
Didier Hao Thyn Voon pousse sa réflexion encore plus loin et trouve dans cette démarche un «hidden agenda» et pense même qu’il «y a anguille sous roche, voire même une déstabilisation de la fédération après l’épisode Rajessen Descann.» Le vice-président de la MTTA souligne que le fait même que le ministère de la Jeunesse et des Sports a décidé que Patrick Sahajassen ne sera plus basé au centre national de Beau-Bassin, mais au stade…Anjalay est une indication claire «qu’au MJS, on en veut à la MTTA.»
On ne sait pas si effectivement c’est une réponse du berger à la bergère, mais disons que les nouvelles responsabilités du directeur technique de la MTTA font sourire et laissent poser pas mal de questions. Surtout celles qui consistent à demander s’ils n’existe pas d’animateur dans cette partie de l’île pour faire ce travail?
Mais Didier Hao Thyn Voon, lui, estime que les nouvelles attributions de son directeur technique est une démarche pour réduire au minimum le rôle de la fédération. «Avec ses nouvelles responsabilités, je me demande quand Patrick (Sahajassen) aura la possibilité de s’occuper de la formation au stade Anjalay et la gestion des affaires techniques de la fédération», s’interroge le vice-président de la MTTA. Visiblement c’est de l’ incompréhension à différents niveaux dans cette affaire et souhaitons que le bon sens puisse prévaloir. Car d’une part, il y a le respect d’une fédération qui est en jeu et d’autre part la carrière de deux jeunes sportifs qui ne demandent qu’à transpirer pour le maillot national.