Son visa de séjour arrivant bientôt à terme, le pasteur Jean-Claude Alger, président du diocèse adventiste, quitte le pays la semaine prochaine. Du coup, son mandat à cette importante fonction prend fin prématurément alors qu’il a mis en chantier plusieurs projets d’envergure à vocation sociale et bénéficiant aux Mauriciens en général. Patrice Allet, un Mauricien qui se trouve en Amérique pour une thèse de Doctorat en théologie, lui succédera à la tête de ce diocèse à partir du 1er juillet.
Au sein de l’Église adventiste du septième jour on entend des propos forts élogieux à l’égard de Jean-Claude Alger. Le départ du président du Diocèse adventiste le mardi 13 juin est très commenté depuis quelques jours parmi les fidèles. « Tous vous diront qu’il était une personne de proximité et mettait la main à la pâte. Il était bien accueilli et respecté parmi les jeunes qui le considèrent comme un role model. C’est dommage qu’il doit quitter le pays », témoigne l’un d’entre eux. Il ajoute que le pasteur martiniquais a aussi marqué la communauté adventiste mauricienne par son ouverture d’esprit sur des sujets considérés comme sensibles.
Dans ce registre, Jean-Claude Alger a animé samedi dernier une réunion à l’église de Beau-Bassin à l’intention des jeunes sur « Le mariage pour tous » tandis que le Collectif Arc-en-ciel célébrait ce jour-là la Gay Pride. « Il a voulu lancer le débat sur une question délicate et on a apprécié sa démarche », dit un jeune participant à cette réunion.
Le couple Jean-Claude et Naomie Alger, tous deux d’origine martiniquaise, est arrivé à Maurice en décembre 2010. Le président du diocèse adventiste ne cache pas un sentiment de frustration de devoir quitter le pays dans quelques jours alors que son mandat devait durer jusqu’en août 2014. Il n’aura pas l’occasion non plus d’assister à l’aboutissement des projets qu’il a initiés et dont certains sont en phase d’exécution. Sans compter les préparatifs qu’il a enclenchés pour la célébration l’an prochain du 100e anniversaire de l’Église adventiste à Maurice qui s’annonce, souligne-il, comme un « événement grandiose ». « Lors de la demande pour le renouvellement du visa en 2012, le Service d’immigration nous a fait savoir que nous devons quitter le pays cette année. Nous respectons les règlements du pays. Certes la frustration est là parce qu’il y a de grands projets en chantier, mais la confiance reste totale pour ce que dieu me réserve à l’avenir », ajoute-t-il avec philosophie.
Grâce à cette mission pastorale en terre mauricienne, Jean-Claude Alger découvre le pays pour la première fois. Une expérience qu’il qualifie d’« enrichissante » à tous les niveaux. « Avant je connaissais Maurice qu’à travers des amis. En étant sur place, j’ai pu apprécier le souci d’excellence qui domine la vie mauricienne. Mon épouse et moi laissons des amis et des relations basées sur un profond souci de la volonté de Dieu », confie-t-il.
Parmi les projets à caractère social qu’il a mis en route, le pasteur Alger cite la construction d’un centre polyvalent à Anse-Baleine à Rodrigues et qui sera prêt à la fin de l’année. La reconstruction de la “Rosie Le Meme Home”, destinée aux personnes âgées et ayant fêté ses 50 ans d’existence le mois dernier, est devenue aussi nécessaire en raison de la vétusté des lieux. La nouvelle maison de retraite sera construite sur un autre terrain et la réalisation de ce projet va coûter entre Rs 30 millions et Rs 35 millions. Dans ce contexte, le diocèse adventiste lancera bientôt une souscription nationale pour recueillir l’argent nécessaire. Autre projet en gestation et auquel il accorde beaucoup d’importance est la création d’un centre de bien-être (du style life home) à Phoenix, juste derrière le Collège Adventiste. Au plan pastoral, Jean-Claude Alger annonce l’entrée prochaine de deux jeunes, Teddy Ahkioune et Westley Orieux, au ministère de pasteur.
Le successeur de Jean-Claude Alger à la tête du diocèse adventiste à compter du 1er juillet sera Patrice Allet qui termine son doctorat en théologie à l’Andrews University en Amérique.