Houssen Kurrimboccus, un des responsables de la Maison Dawah – association islamique oeuvrant pour présenter l’islam aux non-musulmans –, estime que les musulmans devraient « sortir de leur coquille et prendre une position claire par rapport au terrorisme, aux attentats et autres violences » commis à travers le monde au nom de leur religion. « Très souvent, lorsque certains musulmans agissent mal, les autres restent tranquilles. Lislam, pa li sa », déclare-t-il.
« L’islam est une religion de paix, d’amour et de tolérance », déclare Houssen Kurrimboccus. Il demande « comment un chemin qui mène à Dieu peut-il mener à la guerre ? » tout en rappelant que son association a réagi en deux occasions, depuis les attentats de Paris fin de l’année dernière, en distribuant des dattes aux Mauriciens, aux passants de la capitale, et en « dialoguant » avec eux sur l’islam. « Ils nous ont bien accueillis », dit-il. À la Maison Dawah, les bénévoles travaillent sous trois axes, soit le social, la formation et l’éducation, en vue de présenter l’islam aux non-musulmans. « Fin 2015, nous avons distribué environ 300 colis aux Mauriciens de toutes les communautés vivant dans la pauvreté. En sus de notre tâche quotidienne, qui est le “counselling” sur les problèmes sociaux, les difficultés au sein des couples et les difficultés financières, entre autres, pour le Bakr-Eid, nous collectons de la viande que nous distribuons également aux pauvres, toutes communautés confondues », indique Houssen Kurrimboccus.
Concernant la présentation de l’islam aux non-musulmans, il souligne que la Maison Dawah ne convertit pas les gens à l’islam. « Notre religion nous l’interdit, car c’est le travail de Dieu de guider les gens. Mais nous pouvons les inviter à embrasser l’islam », dit-il, avant d’ajouter : « Même l’oncle du prophète n’avait pas embrassé l’islam. Pourtant, ils vivaient sous le même toit. » L’association a ainsi mis en place un département spécial pour disséminer des informations claires au sujet de l’islam « mais, souvent, ces nouveaux musulmans sont mal guidés et conseillés par d’autres musulmans ».
« Des fois, un “born-muslim” fait tout pour répondre à la question d’un nouveau venu, même s’il n’est pas lui-même bien formé dans le domaine et qu’il ne connaît pas grand-chose. Souvent, on les prend aussi pour des musulmans de “deuxième classe” kan ti bizin akey zot byen. Nous, au centre, nous ne commettons pas de telles erreurs », précise notre interlocuteur. Selon Houssen Kurrimboccus, « ce sont ces façons de faire qui engendrent le terrorisme ». Il explique : « Ces nouveaux musulmans deviennent alors des cibles faciles pour les quelques groupuscules liés aux groupes terroristes à l’étranger, qui sont actifs sur Facebook à partir de Maurice, car ils sont vulnérables. » Et d’insister sur l’éducation et la formation, qui sont « très importantes », dit-il. « D’où notre série de causeries d’informations dans divers endroits de l’île pour sensibiliser les gens sur les valeurs de l’islam. »
Finalement, Houssen Kurrimboccus estime que « Maurice est un paradis où on vit dans la paix et la tranquillité » et qu’il « faut rejeter tout contact avec les groupuscules, qui mettent en péril cette harmonie ». Aux musulmans, il demande de s’inspirer du Coran et des traditions du prophète. Comme prochaines activités, la Maison Dawah prévoit un don de sang le 10 février, à Port-Louis, et une exposition sur le Coran bientôt.