La Journée Mondiale de la Jeunesse 2012 a été célébrée avec ferveur hier à Ste-Croix où des milliers de jeunes de différentes paroisses et mouvements du Diocèse de Port-Louis se sont rassemblés. Cette journée a coïncidé avec la Messe des Rameaux, présidée par Mgr Piat, qui durant son homélie, a beaucoup mis l’emphase sur la prévention du suicide et la souffrance des jeunes dans la société actuelle.
La Journée Mondiale de la Jeunesse (JMJ) est célébrée avec ferveur par les jeunes catholiques du monde entier dans chaque diocèse. À Maurice, cette manifestation religieuse a eu lieu sur le terrain de football de Ste-Croix hier et a réuni entre 2 500 et 3 000 personnes, selon les sources policières. La JMJ constitue un événement phare pour les jeunes issus des différents mouvements et services du Diocèse, de par son caractère rassembleur, durant lequel ces jeunes peuvent exprimer leur foi à travers des chants et des chorégraphies et aussi par leur participation religieuse collectivement.
La première partie de la journée a vu la participation de mouvements comme le Mouvement d’Aide à la Maternité (MAM), Youth Alive, Befrienders, le service d’écoute pour les jeunes, entre autres, qui occupaient chacun six échoppes converties en espace de rencontre et d’échanges pour les jeunes qui souhaitaient se renseigner sur les services offerts et la raison d’être de ces mouvements.
Dans la cour de l’église, qui dès le matin a vu arriver des jeunes des quatre coins de l’île, l’animation était assurée par le Mouvement International d’Étudiants Catholiques (MIEC) et par le Père Laurent Rivet à travers un mini concert spirituel. Les jeunes, sous un soleil ardent, ont participé avec enthousiasme aux chants et chorégraphies, arborant des bandanas et t-shirts pour commémorer cette journée et manifester leur foi en le Christ.
À l’intérieur de l’église de Ste-Croix, des séances de prières par l’équipe d’animation de la Pastorale des Vocations ont réuni plusieurs personnes. L’intérêt pour ces séances a été si grand que l’église était pleine à craquer pour chaque séance, durant laquelle prières et chants étaient centrés sur le choix du bon berger en opposition aux tentations. Des images démontrant les mauvaises habitudes, celles du mercenaire, comme l’avortement, le suicide, l’alcool, la drogue, l’addiction étaient projetées comme pour faire réfléchir sur l’importance de faire le bon choix et d’opter pour le bon chemin, celui du berger.