Mgr James Wong, l’Archevêque de la Province de l’océan indien et qui est aussi évêque des Seychelles.

Rodrigues s’affirme de plus en plus dans cette partie de l’océan Indien. Après une présence des plus remarquables lors de la récente visite du pape François à Maurice le 9 septembre, Rodrigues impose ses empreintes avec l’élection d’un de ses fils du sol, en la personne de Stenio André, en tant que nouvel évêque du diocèse de Maurice. À Rodrigues, où la famille André a un rayonnement dépassant le simple cadre de la religion, de par l’engagement de ses membres que ce soit sur le plan social et sportif, l’élection de cet enfant né à Citronnelle le 17 août 1960 constitue une nouvelle preuve de fierté du Rodriguais à assumer les plus importantes fonctions et dans n’importe quel domaine. Ce n’est pas Daniel André, le petit frère du nouvel évêque anglican, qui contredira ce postulat, même si la discrétion et la modestie restent les maîtres-mots pour la famille.

L’élection de cet ancien proche collaborateiur de Mgr Ian Ernest, précédent évêque de Maurice et archevêque de la Province de l’océan Infien et appelé aujourd’hui à d’importantes responsabilités au nom de l’église anglicane auprès du Vatican, ne constitue pas réellement une surprise. C’est du moins ce qu’on avance dans les milieux autorisés du diocèse de Maurice après la confirmation de la nouvelle à la mi-journée d’hier. Depuis 2009, le vénérable Stenio André occupe le poste d’archidiacre, soit l’administrateur du diocèse, et de ce fait, il a été un proche collaborateur de Mgr Ernest et a participé sur la ligne de front à la mise en route de plusieurs projets. Il fait preuve d’une parfaite maîtrise des rouages du diocèse anglican, qui se trouve en des mains sûres.

Les recoupements d’informations effectués par Week-End auprès des sources concordantes après le scrutin se déroulant dans l’enceinte de l’église St-Clément à Curepipe, le choix de Stenio André en tant que 16e évêque du diocèse de Maurice s’est résumé à un quasi-plébiscite des membres du collège électoral. Selon les dispositions de la Constitution du diocèse anglican, l’élection de l’évêque se déroule en trois tours et l’heureux élu doit obligatoirement obtenir la majorité des voix absolue. Il a été choisi parmi quatre candidats, dont deux Mauriciens, un Malgache et un Seychellois. La consécration du nouvel évêque pourrait se dérouler en février de l’année prochaine.

Toutefois, son entourage ne manque pas de rappeler que le nouvel évêque était peu enclin à se présenter en tant que candidat lorsque la Province anglicane de l’océan Indien avait lancé l’appel à candidatures pour la fonction épiscopale dans le diocèse à Maurice. « Pendant tout le processus de l’élection, j’ai ressenti que tout le monde était avec moi et me soutenait. Je suis très heureux. J’avoue que j’ai ressenti à un certain moment le poids de cette nouvelle tâche, mais je suis confiant. Je suis sûr que j’aurai le soutien des fidèles anglicans dans ces nouvelles responsabilités que le Seigneur vient de me confier », confie à Week-End le bishop-in-waiting peu après son élection. Encore ému, il ajoutera qu’il est « heureux de cette nouvelle mission et de la confiance placée en lui ».

Abordant le chapitre de ses priorités à la tête du diocèse de Maurice, le révérend André, adoptant un ton empreint d’humilité, fait comprendre : « Il y a eu beaucoup de réalisations sous les mandats des différents évêques et le diocèse a mis en route ces dernières années pas mal de projets. Pourquoi donc inventer la roue ? Il doit y avoir une continuité tout en apportant ma touche personnelle. » Le futur évêque de Maurice, outre de prôner la continuité, accorde beaucoup d’importance à l’unité. « Il faut d’abord consolider cette unité au sein de la communion anglicane et répandre aussi ce désir d’unité parmi tous les Mauriciens », s’appesantira-t-il dans la conjoncture.

Stenio André voudrait placer son épiscopat comme suit : « Levons-nous ensemble et bâtissons ensemble le royaume de Dieu. » Avec le départ de Mgr Ian Ernest pour le Vatican depuis septembre dernier, le révérend André, en tant qu’administrateur du diocèse anglican, n’a laissé aucun vacuum. À l’occasion de la récente campagne pour les élections législatives, il s’était signalé avec une lettre pastorale et que pour le Jour du Souvenir, il a concélébré la messe annuelle en l’église St-Clément à Curepipe au lendemain de la proclamation des résultats des élections, même si ni le président de la République par intérim, Barlen Vyapoory, ni le Premier minstre, Pravind Jugnauth, n’étaient présents à cette occasion.

Soulignons que le collège électoral anglican comprend une cinquantaine de personnes représentant toutes les instances du diocèse anglican et l’élection du nouvel évêque de Maurice s’est déroulée en présence de Mgr James Wong, l’Archevêque de la Province de l’océan indien et qui est aussi évêque des Seychelles.

Ce contenu est réservé aux niveaux :Abonnement annuel (paiement via Paypal ou virement bancaire), Abonnement mensuel (paiement via Paypal) et Abonnement pour 6 mois (paiement via Paypal ou virement bancaire)
S’inscrire
Log In