Les Mauriciens de toutes communautés et toutes fois confondues, au matin de dimanche dernier, en ce premier jour de l’an, se sont rendus dans leurs lieux de culte respectifs pour dire des prières. C’est une tradition qui perdure pour nos compatriotes que de rendre grâce, avant toutes les festivités qui accompagnent la célébration de la nouvelle année.
C’est ainsi que des dévots de foi hindoue se sont rendus en famille au Ganga Talao à Grand-Bassin pour des rituels et une multitude d’offrandes. À Quatre-Bornes, les membres de la Hindu Tamulall Sivasoopramanien Benevolent Society ont participé à une marche sur le feu au Mariammen Kovil situé à l’avenue Berthaud, après dix jours de jeûne. Une pénitence accomplie par les participants avec grâce et humilité, sachant que c’est dans la prière qu’ils puiseront l’énergie et la force spirituelle pour entamer cette nouvelle année.
Les membres de la Commission Justice et Paix du diocèse de Port-Louis, pour leur part, ont célébré la messe annuelle marquant la Journée Mondiale de la Paix en l’église Saint François Xavier, à Port-Louis. La cérémonie a été présidée par Mgr Maurice Piat et c’est le vicaire général Jean-Maurice Labour qui a prononcé l’homélie, qui avait pour thème « Pour construire la paix, servons le Bien Commun ». On peut se targuer de dire qu’à Maurice, les religions sont bien vivantes et que les Mauriciens, bien qu’ils viennent de diverses communautés, ont tous à coeur leurs croyances.