La Small Traders Association a soumis mardi deux propositions à la municipalité de Port-Louis concernant le relogement des colporteurs de la capitale. C’est ce qu’a déclaré au Mauricien son porte-parole Salim Muthy. La STA suggère ainsi de transformer la rue Farquhar en zone piétonnière pour accueillir les marchands de Port-Louis Nord et d’acquerir Lakaz Kase pour ceux de Port-Louis Sud. Le lord-maire soutient de son côté que ces suggestions ne peuvent être prises en compte.
Devant la « lenteur des procédures » afin de remédier à la situation concernant les marchands ambulants interdits d’opérer dans un rayon de 500 mètres autour du Marché Central, la Small Traders Association (STA) est venue de l’avant mardi avec deux propositions soumises à l’administration de la municipalité de Port-Louis (MPL). Elle propose tout d’abord de déclarer zone piétonnière la rue Farquhar pour qu’on puisse y installer les structures des colporteurs de Port-Louis Nord. Même si cette zone se trouve dans le rayon de 500 mètres autour du Marché Central, le porte-parole de la STA qui regroupe une centaine de colporteurs explique que cette transformation peut être « légitime » si les autorités compétentes reconnaissent les marchands ambulants comme traders.
La régularisation des colporteurs figure d’ailleurs parmi les mesures que compte prendre le gouvernement dans le cadre du projet de relogement destiné à plus d’un millier de marchands de la capitale, un projet dirigé par le comité technique présidé par Anil Bachoo, vice-Premier ministre et ministre des Infrastructures publiques. « La régularisation des marchands ambulants rapportera à la MPL un revenu de Rs 2 millions annuellement », soutient Salim Muthy.
Avec des ingénieurs du privé, la STA se penche par ailleurs sur les « light structures ». Les croquis seront soumis prochainement aux autorités concernées. « Une fois la rue Farquhar déclarée zone piétonnière, les marchands pourront s’y installer sans gêner personne. D’ailleurs, ils sont disposés à payer les structures qui y seront placées », ajoute le porte-parole de la CTSP.
La STA propose ensuite à la MPL d’acquérir Lakaz Kase, édifice abandonné situé à proximité de la rue Monneron, pour accueillir les marchands de Port-Louis Sud. S’agissant du site de relogement Decaen, toujours en attente de livraison, l’association rapelle les propos d’Anil Bachoo : « Minis ti dir ki li enn zone provisoir akoz proze metro leze ! »
Pour les colporteurs, il est important que les mesures prises par le gouvernement pour leur relogement soit à « long terme ». « Nous devons être relogés dans des conditions adéquates. Il est hors de question que nous prenions place sur un site en étant entassés comme des animaux », expliquent-ils. Soulignant l’urgence de la situation, ils soutiennent que « refuser de reloger les marchands ambulants, c’est nourrir la pauvreté ».
Pour le lord-maire Aslam Hossenally, les propositions de la STA ne peuvent être prises en considération. « Ce sont des projets qui doivent être avalisés par le gouvernement. À notre niveau, nous avons à notre disposition deux sites déjà prêts », a-t-il déclaré au Mauricien.