Le Front commun des marchands ambulants (FCMA) revient à l’assaut cette semaine en réclamant l’annulation des formulaires d’Expression of Interest distribuées par la municipalité de Port-Louis depuis le 25 octobre. Disponibles au Département de la santé publique de la municipalité, ces fiches cadrent avec le programme de relogement des colporteurs et doivent être soumises avant le 5 novembre, accompagnées d’autres documents.
Le vingtième avis de la municipalité de Port-Louis concernant l’Expression of Interest pour les étals bientôt disponibles à la Transportation Centre Market Fair, située à l’Immigration Square, et à la Decaen Market Fair (Ex-Central Water Authority Building), intrigue les colporteurs membres de la Street Vendors Association (SVA), de l’Association des Marchands Ambulants du Nord (AMAN) et de la Voice Hawkers Association (VHA), regroupés au sein du Front commun des marchands ambulants (FCMA). Selon Malligavally Veerapen, Aboo Diloo, Daven Appiah et Amit Neeamuth, la source de leurs inquiétudes ne viendrait pas de la notice indiquant que « priorité sera accordée aux sans-emploi » mais des critères entourant l’allocation des étals ; notamment que les demandeurs doivent être des résidents de la capitale âgés de plus de 18 ans, ne doivent pas être des chômeurs et doivent être munis d’un certificat de moralité.
Contestant la publication de cette affiche, ils s’interrogent sur les motivations réelles de la municipalité de Port-Louis à ce sujet. Car, précisent-ils, la distribution des étals ne privilégie pas les marchands ambulants regroupés au sein de la SVA, de l’AMAN et de la VHA. « Alor ki nou finn lager pandan 60 zour pou ki nou gayn enn plas pou travay, aster ki minisipalite ek komite interministeriel finn resi trouv enn landrwa pou nou, zot pe lans lapel a gran piblik pou fer aplikasion. Kan nou finn lager, nou pa finn lager pou piblik nou. Nou finn lager pou marsan anbilan. Se nou ki kone ki sann-la ki vre marsan anbilan ou pa », disent-ils. Selon M. Neeamuth, porte-parole de l’AMAN, les formulaires auraient dû être remis aux représentants des associations des marchands ambulants afin que ces derniers procèdent à leurs distributions et non pas « les donner au petit bonheur à tout un chacun ». « Ena dimounn ki ress Terre-Rouge ki fini gaygn form aplikasion avan ki aplikasion oficielma deor », avance ce dernier. Interrogé par Le Mauricien ce matin, le porte-parole de l’AMAN considère que cette note de la municipalité met en doute les promesses du lord-maire Mahmade Khodabaccus aussi bien que celles des membres du comité interministériel présidé par Anil Bachoo. « Solision pe trouve pou piblik », souligne-t-il.
Du côté de la municipalité de Port-Louis, on précise que la procédure pour la distribution d’étals requiert la publication d’un Expression of Interest mais que la priorité sera donnée aux marchands ambulants recensés par la municipalité de Port-Louis ; une décision approuvée lors du dernier conseil. Et quid des colporteurs oeuvrant à Port-Louis depuis plusieurs années mais qui n’y sont pas des résidents ? « Ils seront out ! » répond Mahmade Khodabaccus. « Priorité sera donnée uniquement aux habitants de Port-Louis », souligne-t-il. « J’ai la responsabilité des Portlouisiens et je travaille pour eux uniquement », laisse-t-il entendre. Une fois les travaux complétés à la Transportation Centre Market Fair et la Decaen Market Fair, les résidents de Port-Louis ayant fait acte de candidature pour écouler leurs produits dans ces espaces, seront convoqués.
Pour Hyder Raman, président de la SVA : « Je veillerai de près à ce que les membres de mon association ne soient pas des victimes de l’avis d’Expression of Interest. Plus de 5 000 formulaires sont actuellement distribués. Eski bann marsan pou gagn zot par gato ? », s’interroge-t-il. Il réclame par ailleurs une rencontre avec le représentant de Port-Louis en vue d’aborder cette question.