Paul Bérenger, leader de l’Opposition et du MMM, annonce que les dirigeants du Remake 2000 mettront les bouchées doubles à partir de cette semaine en vue de finaliser les discussions en cours avant que ne se réunisse la nouvelle Assemblée spéciale des délégués du MMM qui sera appelée le 22 mars à reconfirmer ou pas l’alliance de leur parti avec le MSM dans le cadre du Remake 2000. Il annonce que, déjà, les deux partis sont parvenus à un accord sur les modalités de leur projet de réforme électorale. Le leader du MMM dit « ne pas croire » dans l’énième « promesse » du Premier ministre et leader du PTr, Navin Ramgoolam à l’effet que le Livre Blanc qu’il a longtemps promis sur la question sera, « enfin », publié. Néanmoins, il laisse entendre que si Navin Ramgoolam fait, « pour une fois », preuve de « sérieux » sur la question et présente un projet de loi qui soit acceptable à son parti, le MMM votera « naturellement pour. »
Paul Bérenger annonce, à partir de cette semaine, la multiplication des rencontres entre les dirigeants du MMM et ceux du MSM en vue, dit-il, de terminer les discussions en cours avant que la nouvelle Assemblée spéciale des délégués de son parti convoquée pour le 22 mars ne soit appelée à reconfirmer ou pas l’alliance conclue par le MMM avec le MSM dans le cadre du Remake 2000. Ainsi, outre la rencontre hebdomadaire entre les cinq dirigeants de chacun des deux partis, le leader du MMM et celui du MSM, Pravind Jugnauth, se rencontreront dorénavant au moins deux fois chaque semaine.
Le leader des mauves précise que ce n’est qu’à la faveur d’un « déblayage complet » des points en suspens qu’il jettera tout son poids dans la balance en vue  d’une reconfirmation du Remake 2000. « Les préparatifs pour la célébration en commun de la Fête du Travail par le MMM et le MSM ne sera mise en marche que si l’Assemblée des délégués du MMM prévue pour le 22 mars reconfirme le Remake 2000 », souligne-t-il.
Il explique qu’une réunion spéciale du Comité central (CC) de son parti est prévue le jeudi 20 mars, soit deux jours avant l’Assemblée des délégués, en vue de tenir les membres de cette autre instance dirigeante du MMM au courant de l’aboutissement des discussions avec le MSM. Ces membres du CC auront, ainsi, dit-il, la tâche de porter à la connaissance des militants de base actifs au niveau des branches régionales les dernières informations par rapport au Remake 2000 en prévision de l’Assemblée des délégués du samedi 22 mars au cours de laquelle les délégués de branches auront à se prononcer.
Réforme électorale : « On verra bien si Ramgoolam est sérieux »
Par rapport à la question spécifique de la réforme électorale, Paul Bérenger indique que les deux partis sont déjà parvenus à un accord selon les modalités suivantes: (i) maintien de l’élection de 62 députés selon l’actuel système de First Past The Post; (ii) désignation de 20 autres élus à la proportionnelle à partir de Party Lists préalablement soumises à la Commission électorale par les partis prenant part aux élections; (iii) seuil minimal de 7.5% des suffrages exprimés au plan national pour un parti en vue d’aspirer à des sièges à la proportionnelle; (iv)  parité 10/10 entre élues et élus devant être désignés à la proportionnelle, le premier siège devant obligatoirement revenir à une femme et les 19 sièges restants à la proportionnelle répartis alternativement à un homme ou à une femme, et (v) désignation finale, toujours à la proportionnelle, de 8 autres députés à être choisis par les dirigeants des partis officiellement enregistrés auprès de la Commission électorale soit parmi les candidats malheureux au First Past The Post, soit parmi ceux qui restent sur les Party Lists.
Le leader du MMM explique que cette dernière modalité dans le projet de réforme électorale du Remake 2000 vise essentiellement à « jouer le même rôle » qu’a joué jusqu’ici le Best Loser System dans notre actuel système électoral sans, toutefois, dans ce cas, que les candidats aient préalablement à déclarer leur communauté respective d’appartenance. Paul Bérenger déclare que si le Remake 2000 se présente aux prochaines élections générales, c’est avec pour objectif de remporter une majorité des trois-quarts; seuil nécessaire en vue d’amender la Constitution pour rendre effectif tout projet de réforme électorale. « Si nous ne disposons pas d’une telle majorité après les élections, nous verrons bien alors qui, dans l’Opposition, osera s’opposer au projet », dit-il.
Alors que, soutient le leader des mauves, le Remake 2000 est « sérieux » sur la question de la réforme électorale, il dit, en revanche, « ne plus croire » dans la énième promesse du Pm et leader du PTr, Navin Ramgoolam de publier, « enfin », avant la prochaine rentrée parlementaire, comme il vient de l’affirmer, son White Paper sur la question. Et si le document est effectivement publié, Paul Bérenger dit prévoir que ce sera « un flop à la Ramgoolam. » « Mais on verra bien si, pour une fois, il se montre sérieux sur la question », ajoute-t-il, néanmoins.
Interrogé quant à l’attitude qu’adoptera son parti si le projet de réforme électorale présenté par le Pm convient au MMM et que Navin Ramgoolam va jusqu’à présenter un projet de loi en ce sens, le leader des mauves répond que le MMM « votera naturellement pour. » Invité aussi à dire si le MMM ira quand même, dans ce cas, en alliance avec le MSM aux prochaines élections générales, Paul Bérenger déclare que « l’Assemblée des délégués du MMM décidera. »
« Développements inattendus »
Le leader du MMM indique, par ailleurs, laconiquement, que « les discussions progressent » par rapport à la liste des candidats du Remake 2000 qui, précise-t-il, « ne sera pas finalisée avant les prochaines élections générales. » Il fait état de « certains développements inattendus » ayant surgi ces derniers jours et qui seront discutés, cette semaine. Paul Bérenger indique aussi que les dirigeants des deux partis ont convenu des postes de responsabilité à la tête de l’État qui reviendront, d’une part, au MMM, et de l’autre, au MSM. Néanmoins, précise-t-il, les noms des éventuels candidats à ces postes n’ont pas encore été finalisés.
Citant, par exemple, les postes de président de la République et de Speaker, le leader des mauves laisse entendre que ce sont les instances internes du MMM qui auront à faire le choix des candidats à ces responsabilités. Paul Bérenger précise que la question d’un éventuel retour de sir Anerood Jugnauth au Réduit après un nouveau mandat de trois ans comme Pm n’a jamais été évoquée. « De toute manière, je ne pense pas qu’il souhaite être, de nouveau, président de la République », dit-il. Il précise aussi que le projet d’un éventuel gouvernement du Remake 2000 comprendra une loi sur le financement des partis politiques.
Évoquant, d’autre part, des informations laissant entendre que l’actuel Clerk de l’Assemblée nationale, Ranjit Dowlutteea, qui devait être en poste jusqu’en 2016, aurait subi des « pressions inacceptables » pour qu’il quitte le service dès maintenant, Paul Bérenger pointe du doigt le Pm. Il rappelle que ce fonctionnaire qui compte 42 ans de « service irréprochable » avait été nommé à ce poste sous l’ancien gouvernement de 2000/2005 et qu’il a toujours accompli sa tâche « de manière irréprochable. » Le leader de l’Opposition prévient que celle-ci « réagira » au cas où cette décision viserait à « empêcher à l’Opposition de faire son travail. »
En marge de la commémoration de la Journée Internationale de la Femme prévue samedi prochain, 8 mars, le leader du MMM exprime, en conclusion, sa « tristesse » par rapport à la somme de – entre autres, la violence domestique – dont ont été victimes des femmes, ces derniers temps. Il se déclare solidaire de toutes celles victimes de tels actes et félicite les femmes du Remake 2000 d’avoir choisi de consacrer le rassemblement qu’elles organisent à l’occasion de la Journée de la Femme à une dénonciation de la violence faite aux femmes. Paul Bérenger remercie, de même, toutes celles et tous ceux qui, à leur niveau, participent à ce « combat difficile » visant à mettre un terme à la violence contre les femmes.