Le Remake 2000 connaît actuellement ses premières secousses avec l’annulation d’une conférence de presse conjointe prévue pour demain à la demande du leader du MMM. « Nous sommes en présence de certains renseignements et avons demandé un temps de réflexion », a déclaré ce matin Paul Bérenger au Mauricien. Le MMM tiendra sa conférence hebdomadaire seul.
Au niveau du MSM, qui avait déjà diffusé une invitation en vue de la conférence conjointe de demain, on ignorait à la mi-journée les raisons qui ont motivé cette annulation. « On avait décidé l’organisation d’une conférence de presse conjointe lors de la réunion de mercredi. Je ne sais pas ce qui s’est passé, j’ai appris l’annulation par les médias », a déclaré le leader du MSM, Pravind Jugnauth.
Hier soir à Bel-Air, le leader du Remake 2000, sir Anerood Jugnauth, avait insisté sur le fait que le MSM et le MMM iraient aux prochaines élections générales ensemble. Il a soutenu qu’il a quitté une position où il avait beaucoup d’avantages et de privilèges pour sauver le pays et non pas pour sauver sa famille et son fils comme allégué par ses détracteurs. « J’ai quitté ma position parce que ne pouvais m’associer avec le régime de Ramgoolam qui, comme son père, mène le pays vers un précipice », a-t-il souligné.
Un certain malaise plane toutefois sur l’alliance MSM/MMM depuis mardi après que Paul Bérenger a révélé qu’Alan Ganoo a rencontré, en son nom, Navin Ramgoolam à plusieurs reprises pour discuter de la réforme électorale. Il avait fait comprendre qu’il était disposé à rencontrer Navin Ramgoolam, en sa capacité de leader de l’opposition, en vue de finaliser le projet de réforme. À des questions de la presse, il avait fait comprendre toutefois que si le Premier ministre décidait d’organiser une table ronde à laquelle le MSM participerait, il ne serait pas contre.
La question de réforme électorale a figuré à l’agenda à la réunion des dirigeants du Remake à La Caverne mercredi. Sir Anerood Jugnauth, qui avait été le premier à s’adresser à la presse, a confirmé que le MSM et le MMM étaient sur la même longueur d’onde concernant la réforme électorale. Toutefois, avait-il précisé, s’il devait y avoir une rencontre avec Navin Ramgoolam afin de finaliser le projet, un membre du MSM accompagnerait le représentant du MMM.
Cette remarque a provoqué une vive réaction de Navin Ramgoolam, insistant sur le fait qu’il y a un seul leader de l’opposition tout comme il y a un seul Premier ministre et que ce n’est pas au MSM de venir dicter qui il doit rencontrer.
Concernant la session spéciale du Parlement en vue de l’élection de Kailash Purryag comme nouveau président de la République, Paul Bérenger a laissé entendre que le MMM serait absent de l’hémicycle en protestation « contre le comportement du ministre des Administrations régionales, Hervé Aimée et du Deputy Speaker, Pradeep Peetumber », même s’il était question ce matin que ce dernier présente ses excuses au leader de l’opposition.