Le leader du Remake 2000 sir Anerood Jugnauth a annoncé samedi que la situation du law and order dans le pays et la sécurité seront une priorité d’un éventuel gouvernement du Remake. Pour SAJ, le pays connaît actuellement une ambiance de fin de règne du gouvernement. « Nous vivons des moments déterminants pour la politique du pays qui vont déboucher sur les nouvelles élections générales », a-t-il laissé entendre. Le leader de l’Opposition, Alan Ganoo, a pour sa part annoncé la présentation d’une “motion of disallowance” contre la hausse de 50% des redevances à la MBC annoncée par le gouvernement.
Pour sir Anerood Jugnauth, un éventuel gouvernement du Remake accordera toute la priorité à la loi et l’ordre « qui passe actuellement par une période de décadence ». Selon lui la population vit avec « un sentiment d’insécurité extraordinaire ». « Nous ferons tout pour changer l’état d’esprit dans le pays et faire sentir à chaque citoyen qu’il y est en sécurité », dit-il.
Dans ce contexte, un gouvernement MMM/MSM mènera un combat sans merci contre la drogue et l’alcool, qui menacent les jeunes jusque dans les écoles. « Ce sont des fléaux dont il faudra se débarrasser », affirme SAJ, qui ajoute qu’une commission d’enquête serait instituée pour faire un rapport qui permettrait au gouvernement de se donner les moyens d’agir « pour nous débarrasser des mafias et des trafiquants ». Toujours dans le domaine de la sécurité, tout sera fait « pour avoir un commissaire de police digne de ce nom qui assume ses responsabilités, qui a la capacité et les compétences pour exercer son autorité afin de servir la justice et respecter la population ». Le commissaire de police, dit-il, devra être prêt à faire des enquêtes partout où il y a eu “cover up”, où des FFC ont été institués alors qu’il fallait une enquête policière. « La population veut qu’on fasse la lumière sur tous les abus similaires », dit SAJ, qui a estimé qu’actuellement les instituions sont serviles devant le pouvoir « qui les utilise pour sa survie politique, en particulier le PTr et Navin Ramgoolam ». « Tout sera fait pour que nos institutions doivent fonctionner dans la transparence et l’accountability ».
Sir Anerood Jugnauth a consacré une large partie de sa conférence de presse aux critiques contre le Premier ministre Navin Ramgoolam. Il estime que « le bateau travailliste va directement sur les récifs avec un capitaine qui ne peut plus prendre de décision et qui se sent perdu. Il a annoncé l’arrivée d’un tsunami dans les corps para-étatiques et les institutions gouvernementales, or le tsunami se lève au sein du PTr ». Il a illustré ses propos par les déclarations répétées du député travailliste Reza Issack qui a critiqué ouvertement les ministres improductifs et qui a affirmé qu’il est temps d’effectuer un remaniement pour se débarrasser des ministres incompétents. Le même Reza Issack, dit-il, a critiqué sévèrement le ministre Bachoo après l’accident impliquant un autobus de CNT à Camp-Levieux la semaine dernière. Il a aussi fait mention des critiques de Nita Deerpalsing contre Vasant Bunwaree dans le cadre de l’affaire MITD qui a secoué le ministère de l’Éducation. « Navin Ramgoolam a réalisé qu’ils vont vers un précipice parce qu’il est improbable que Nita Deerpalsing ait fait une déclaration pareille sans en avoir la permission », a-t-il dit. SAJ a d’autre part observé que Patrick Assirvaden s’est attaqué directement au Premier ministre lorsqu’il a déclaré que Maurice île Durable est un échec.
Pour sir Anerood Jugnauth, Navin Ramgoolam est prisonnier « parce qu’il s’attache au pouvoir à n’importe quel prix et ne peut plus se défendre et agir comme un vrai Premier ministre ; il est contraint d’avaler beaucoup de couleuvres ».