La direction du MMM a avancé la date de la réunion spéciale de son Comité central (CC) pour la présentation des conclusions des négociations entre le parti et le MSM par rapport aux prochaines élections générales. Celle-ci se tiendra finalement le 15 mars, et ce, a estimé Paul Bérenger samedi dernier, « afin de donner davantage de temps à cette instance » pour en discuter avec leurs branches respectives en vue de la  l’assemblée des délégués, prévue, elle, le 22 mars. Il reviendra à cette assemblée, qui est l’instance suprême du parti, de ratifier les décisions concernant l’avenir du Remake 2000.
Selon les dires du leader du MMM, les deux partis ont quasiment bouclé les discussions dans la perspective des prochaines élections, car la réunion spéciale du CC du MMM, initialement prévue le 20 mars, se tiendra finalement samedi prochain, soit le 15 mars. Les membres de cette instance prendront  connaissance des différentes clauses de l’accord et les transmettront à leur “régionale” respective. Selon le leader mauve, la “base” aura une semaine pour discuter des principaux points de cet accord avant la tenue de l’assemblée spéciale des délégués, fixée une semaine plus tard.
Lors de cette dernière conférence de presse du Remake samedi dernier, Paul Bérenger et sir Anerood Jugnauth sont revenus sur les deux sujets qui défraient l’actualité, en l’occurrence l’affaire du DY Patil Medical College et les dégâts conséquents survenus à la Ring Road, dont la construction a coûté Rs 1,3 milliard, et ce alors que celle-ci n’est pas encore opérationnelle.
L’ancien Président de la République qualifie la situation au DY Patil Medical College de « plus grand scandale » du moment, croyant même y voir « un parfum de trafic d’influences, de conflits d’intérêts et de corruption ». Il en tient le Premier ministre « en partie responsable », dans la mesure où, dit-il, il « aurait tout toléré ». SAJ se demande aussi si le dossier pour l’ouverture de cette école de médecine a été présenté au Conseil des ministres et si la personne concernée par ce projet a déclaré ses intérêts à ce moment-là.
Paul Bérenger et sir Anerood Jugnauth  se disent catégoriquement « contre » l’institution d’un Fact Finding Committee pour faire la lumière sur cette affaire, soutenant que ce type d’enquête ressemble plutôt à « une farce » et s’apparenterait plutôt à une « tentative de cover-up ». Et de ne pas manquer de rappeler le FFC institué dans l’affaire MITD, dont le rapport, disent-ils, n’a jamais été rendu public. Paul Bérenger et SAJ sont d’avis que les juges et les magistrats devraient refuser de présider de tels comités d’enquête, qui « n’aboutissent à rien » et qui risquent « de ternir leur réputation ». Toujours à ce sujet, Paul Bérenger estime que le juge Dhiraj Seetulsing, qui est aussi le président de la Human Rights Commission, aurait dû refuser de présider ce comité d’enquête. Il se dit néanmoins confiant que le nouveau Chef juge Keshoe Parsad Matadeen n’autorisera pas à l’avenir aux juges et aux magistrats de présider des « comités d’enquête bidons ».
Une fois encore, SAJ a tenu des propos très durs à l’égard de Navin Ramgoolam samedi dernier, avant d’affirmer que le “Remake” empêche le Premier ministre « de dormir paisiblement ».