Lors du meeting du Remake 2000 hier à Plaine-Magnien, le leader du MMM, Paul Bérenger, a lancé un appel aux jeunes pour « reconstruire l’île Maurice de demain ». Les orateurs ont dénoncé, tour à tour, « l’incompétence meurtrière », « la dégradation sociale », « la corruption » et « la culture de jouissance » du régime travailliste-PMSD.
« Nous nous adressons en particulier aux jeunes. Qu’ils viennent nous aider pour reconstruire l’île Maurice de demain. Qu’ils viennent nous aider à réaliser notre programme politique, un programme socialiste, moderne et lucide. Nous savons que ce gouvernement les dégoûte. Mais les jeunes n’ont pas le droit de perdre espoir, malgré le fait que le pays se trouve dans une situation sans précédent. Nous allons ensemble remettre le pays sur les rails, comme en 1982. Le pays est certes dans une situation désespérante, comme en 1982. Et comme en 1982, nous allons nous retrousser les manches, botter ce gouvernement du pouvoir et rebâtir ce pays. Rebâtir un pays où il fait bon vivre. »
C’est l’appel lancé hier au meeting du Remake 2000, à Plaine-Magnien (Mahébourg), par le leader du MMM, Paul Bérenger, à une importante foule, massée sur la place du marché de ce village du sud-est de l’île, dans la circonscription du ministre Vasant Bunwaree, qui a été une des principales cibles des orateurs. Le leader du MMM a affirmé que les jeunes de Maurice en ont marre du communalisme. « Mo kone ki bann zen inn plin ar kominalis. Nou invit zot vinn aid nou aplik nou program, enn program socialiste, modern ek lucide, pou liber nou pei ek refer nou pei revinn en plas ko zot tou pou ena gou viv », a-t-il ajouté.
Paul Bérenger a auparavant dénoncé les divers scandales qui gangrène notre pays. « Nou pei pe konn enn sitiasyon san presedan kot skandal, kote dominer, kote inkonpetans meurtrière, kote degradasyon sosyal ek law and order, ek kote koripsyon. En plis, alors ki enan enn sitiasyon ekonimik international danzere, nou lekonimi li en pilotaz otomatik ! » s’est-il alarmé. Selon le leader du MMM, au lieu de faire face à la crise économique internationale et saisir les opportunités que nous offre l’Afrique, le gouvernement travailliste laisse notre économie « en pilotage automatique ». « Alor ki nou pei dan enn kriz ekonomik, sosyal ek moral sans presedan, Navin Ramgoolam pe voyaze. Li sorti Japon, me pou li retourn Moris, li bizin pass par Londres ! » a-t-il ironisé.
Dans un autre ordre d’idée, Paul Bérenger a nié tout contact entre le Ptr et le MMM ou toute velléité d’alliance entre ces deux partis politiques. « Ant MMM ek Ptr pena okain kontact ek na pa ou ena ! » a-t-il insisté, sous l’approbation bruyante de la foule. Il a en revanche affirmé que les relations entre le MSM et le MMM sont « solides ».
Lors de son intervention, le leader du Remake 2000, sir Anerood Jugnauth, a pour sa part dit ne pas être surpris par « la situation catastrophique où se trouve » le pays. « Se sa la kiltir Ptr. A sak fwa ki Ptr finn au pouvwar, pai finn fer bankrout », a-t-il affirmé, en rappelant la situation du pays en 1982. « Zot fer krwar ki apre SSR finn ena Navin Ramgoolam. Zot blie ki SSR finn less en pei en ruine. Nou finn relev pei-la pou ki ou kapav zuir Welfare State ki ou pe zuir zordi. SSR ti finn signe ek World Bank pou tir Welfare State. Nou finn ampes-sa. Me Navin fer krwar ki se Ptr ki finn fer sa », a-t-il expliqué.
SAJ a élaboré sur l’importance à accorder à l’économie pour faire avancer le pays. « Kan ou serieux, kan ou konn ger lekonomi, le gato nasyonal grandi, ek lerla ou kapav partaze ek sak travayer alor kapav gagne so part ekitab », a-t-il encore expliqué.
Le leader du Remake a, dans ce contexte, promis « la prison » à tous ceux ayant accaparé la richesse nationale au détriment de la population. « Mo pa pou ena pitie. Mo pena dout ki enn tribinal pou kondamne zot. Zot na pa pou sape. »
Le leader du MSM, Pravind Jugnauth, a de son côté révélé, entre autres, l’existence d’une « deuxième confession » dans l’affaire de pédophilie alléguée au MIDT.