SAJ a démenti catégoriquement lors d’une conférence de presse du Remake, jeudi dernier, toute implication dans le deal Illovo. Le leader du Remake soutient qu’il est clair que les propos tenus cette semaine sur les ondes d’une radio privée par l’ex-conseiller de Paul Bérenger Jean-Mée Desvaux ont été inventés pour nuire à sa réputation.
C’est un Sir Anerood Jugnauth irrité par les propos de Jean-Mée Desvaux qui s’est adressé à la presse jeudi lors d’une conférence de presse du Remake au Hennessy Park. S’expliquant, SAJ soutient qu’à aucun moment, il n’a pris part ou négocié avec des représentants du privé comme l’allègue Jean-Mée Desvaux. Il affirme qu’il y avait à cette époque une équipe dédiée aux négociations, une équipe à laquelle il dit avoir fait confiance. « Je ne suis à aucun moment intervenu personnellement. Jean-Mée Desvaux pretane que tou ti pe al fwarer ki enn missier sekter prive inn vine guette mwa et ki mwa kinn force la main pour conclir deal-la. Desvaux pretane ki GM ti kapav gagne enn meyer deal, ki GM ti cave 2/3 et sekter privé 1/3 et ki zordi GM inn gagne 1/3 et sekter prive 2/3 ». Ce qui est faux, affirme catégoriquement le leader du Remake. Chiffres à l’appui, il explique : « Illovo ti detenir 80 % par Mon Trésor Mon Désert. Total ti concerne 20 000 arpents la terre. Dans sa deal-la, Sugar Investment Trust (SIT) inn aster 7000 arpents, 3000 arpents GM inn gagn kado et enswit, dans la balance ki tine rester, a enn groupe sekter privé ki connu zordi comme Omnicane. SIT ek National Pensions Fund (NPF) fine pran 35 % qui reprezant 3 500 arpents. Ninport ki dimounn kapav fer enn simple kalkil ek li pou trouver ki GM inn gagne plis de 2/3 », explique SAJ.
Le leader du Remake s’interroge ainsi sur les motivations de l’ex-conseiller de Paul Bérenger : « Kot Missier Desvaux ti ete tout ca banane la ? Eski li fine monte par le zot pou zet la bou lors nou », se demande SA.
À ses côtés, le leader du MMM, Paul Bérenger, qui soutenait sir Anerood Jugnauth, a qualifié le deal Illovo de deal « patriotique et historique » qui a permis de voir émerger la Cybercité, faire fleurir le secteur des TIC et la construction d’écoles. Deux groupes mauriciens étaient intéressées à acheter les terres d’Illovo et en tant que ministre des Finances, il explique avoir délégué Jean-Mée Desvaux pour discuter avec un des groupes afin d’obtenir la meilleure proposition. L’autre groupe avait une avance sur le premier et son porte-parole, avant le début des discussions, a rencontré le Premier ministre d’alors, en l’occurrence sir Anerood Jugnauth. « Anerood en tant ki patriote inn trouve deal-la mari intéressant, line exprim so lakor de principe mais line dire zot carry on diskision avec minis des finances, en l’occurrence moi. Ler la zone vine vers mwa, nounn met enn team dibout pour travay lors dosie-la », dit Paul Bérenger. L’équipe était composée du leader du MMM lui-même, de Sushil Khushiram, Pravind Jugnauth et Mookhesswur Choonee, alors ministre des Terres et du Logement. « Tout a été présenté au conseil des ministres et Anerood Jugnauth n’est jamais intervenu », soutient Paul Bérenger. Selon le leader des mauves, Jean-Mée Desvaux s’est senti frustré car ses discussions avec l’autre groupe n’ont pas abouti. « C’est une lâcheté de dire que SAJ est intervenu en faveur de tel groupe du secteur privé », dit-il.
Poursuites légales
À une question de la presse au sujet d’éventuelles poursuites légales, SAJ a répondu qu’il envisage cette possibilité, mais qu’il doit d’abord récupérer une copie verbatim de la déclaration de Jean-Mée Desvaux sur les ondes de cette radio privée. « Je suis presque sûr qu’on pourra le poursuivre pour diffusion de fausses nouvelles », dit-il.
Autre sujet abordé par SAJ, le discours du PM à la Hindu House la semaine dernière. Pour le leader du Remake, c’est une évidence que Navin Ramgoolam « se sent désespéré, perd la tête et divague ». Son discours prononcé ce jour-là est « rempli de contradictions » : « Li koz linite me kan nou analiz so diskour nou trouve ke se le contraire ».
SAJ est revenu sur le dossier Law and Order avec d’abord les incendies dans les champs de canne et autres dépotoirs. « Il est trop facile de pointer du doigt et de politiser cette affaire et de mettre tout sur le dos de l’opposition », dit SAJ, qui critique « l’incompétence » de Navin Ramgoolam en tant que ministre de la Sécurité intérieure et de la police pour enquêter sur les origines de ces incendies. SAJ en appelle à la responsabilité du commissaire de police, Dhun Iswar Rampersad : « CP pe faillir divan so responsabilite. Li pe donne li mem enn sertifika dinkonpetans. Li tro pran direktiv ar PM. Li pas fouti pran initiative ». SAJ a également commenté l’affaire du commando composé de quatre ex-prisonniers et qui sème la terreur. Il craint que la situation ne devienne incontrôlable au détriment de la sécurité nationale. Il appelle la police à mettre derrière les barreaux ces individus qui menace le Law and Order.
S’agissant du dossier marchands ambulants, le leader du MMM en appelle à Anil Bachoo qui préside le comité interministériel sur les colporteurs et à Xavier-Luc Duval, en tant que ministre des Finances, pour d’une part relancer les réunions afin de faire avancer les discussions et d’autre part, pour décaisser la somme de Rs 75 M que réclame la municipalité de Port-Louis pour le réaménagement des sites de l’ancien bureau de la CWA et celui de la gare du nord. Et d’émettre une mise en garde contre le GM : « Pas mette baton dans la roue pou ressi trouve lezot site pou ki tou marchan travay six jours lors six ».