Le ministre des Affaires étrangères, Étienne Sinatambou, a remis hier leur lettre de nomination aux ambassadeurs mauriciens qui seront postés dans les missions diplomatiques mauriciennes à l’étranger.
Il a à cette occasion insisté sur l’importance de la diplomatie économique qui, selon lui, devra être au centre des préoccupations de nos représentants dans les capitales étrangères. « À un moment où la dette publique est estimée à plus d’USD 7 milliards sur un PIB d’USD 12 milliards, la diplomatie économique doit occuper une part importante des activités de nos diplomates afin de nous assurer de l’aide des pays amis », a dit le ministre.
Selon lui, bien que les nominés politiques au poste d’ambassadeur, tout en respectant des règles et des procédures bien définies, ont « un petit avantage par rapport aux diplomates professionnels » dans la mesure « où ils peuvent parcourir “l’extra miles” qui n’est pas permis aux fonctionnaires ». Onze ambassadeurs ont ainsi reçu leur lettre de nomination hier. Il s’agit de Kheswar Jankee (posté à Berlin, en Allemagne), Datakarram  Goburdhun (Antananarivo, Madagascar), Yusuf Elahee (Islamabad, Pakistan), Dharmraj Busgeeth (Addis Abeba, Éthiopie), Miao Kwong Lee Hon Chong – connu comme André Lee (Pékin, Chine), Patrick Cavalot (Canberra, Australie), Joël Rault (Paris, France), Abdool Aniff Sorefan (Le Caire, Égypte), Sooroojdev Phokeer (Washington, États-Unis), Maheshwarsing Khemloliva (Moscou, Russie) et Jagdishwar Goburdhun (New Delhi, Inde). Parmi ceux qui étaient absents hier figure Girish Nunkoo, qui sera haut-commissaire de Maurice à Londres, en Grande-Bretagne, mais aussi Jean-Pierre Jhumun (Maputo, Mozambique) et Eshan Patel (Kuala Lumpur, Malaisie). Par ailleurs, DP Vyapoory, désigné pour représenter Maurice à Pretoria, n’a pas encore reçu son accréditation. À noter que Jagdish Koonjall, présentement ambassadeur à Bruxelles, où se trouve le siège de la Commission européenne et des ACP, sera muté à New York après avoir pris sa retraite de la fonction publique, tandis que V. Dhalladoo sera, lui, basé à Genève, où se trouve le siège de l’OMC et de plusieurs organisations des Nations Unies, dont celles des Droits de l’Homme.
Selon le ministre des Affaires étrangères, tous sont des diplomates de carrière les plus appropriés dans les trois dernières missions diplomatiques.